×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Sociétés cotées
L’agro-industrie promet en 2013

Par L'Economiste | Edition N°:3955 Le 28/01/2013 | Partager
Les prévisions du rapport de Upline Group
Hausse prévue de près de 6% des bénéfices du secteur à 1,6 milliard de DH en 2012
Des réalisations impactées en partie par une campagne agricole favorable

Les sociétés agroalimentaires cotées vont générer un profit de 1,6 milliard de DH en 2012. En attendant le début de la saison des résultats, Upline Group anticipe une hausse de près de 6% de leurs bénéfices. La société de bourse prévoit par ailleurs une augmentation de 8,3% des profits à près de 1,8 milliard de DH cette année

Les sociétés agroalimentaires cotées devrait générer un profit de 1,6 milliard de DH en 2012. En attendant le début de la saison des résultats, Upline Group anticipe une hausse de près de 6% de leurs bénéfices. La société de bourse prévoit par ailleurs une augmentation de 8,3% des profits à près de 1,8 milliard de DH cette année.
Malgré une conjoncture économique difficile et des conditions climatiques défavorables, les résultats prévisionnels 2012 du secteur sont bien orientés. Plusieurs facteurs expliquent ces bonnes performances.
Pour Centrale Laitière, ce sont les retombées positives de la ferme Imtiaz sur le coût de production qui devrait contribuer en partie aux bons résultats de la société. «La montée en régime de cette ferme devrait freiner en partie les importations de poudre de lait», prévoient les analystes d’Upline.
Et ce ne sont pas les seuls bons points du secteur. Pour la société de bourse, «la substitution de l’huile d’olive par l’huile de table, sous l’effet d’une récolte oléicole peu prometteuse, devrait entraîner une amélioration des revenus de Lesieur en 2012». S’y ajoute l’affermissement de 22% des captures de poissons à 995.454 tonnes à fin novembre 2012 et qui devrait en principe impacter positivement les revenus d’Unimer.
Côté perspectives, Upline Group table sur un chiffre d’affaires sectoriel prévisionnel de plus de 22 milliards de DH en 2013, soit une augmentation de 4,7% par rapport à 2012.
Pour les analystes, le secteur de l’agroalimentaire devrait capitaliser sur l’amélioration enregistrée du volume de lait collecté par Centrale Laitière attribuée notamment à une pluviométrie qui s’annonce prometteuse, couplée à la montée en puissance de la nouvelle ferme laitière «Lait Plus» détenant 4.000 têtes dont 2.300 vaches laitières. S’y ajoute «l’adoption du projet de la production du colza et du tournesol associés à des céréales et qui devrait réduire les importations du Maroc en huiles de graines et relancer l’activité trituration», note les analystes. 
La fusion-absorption avec Consernor en 2012 (L’Economiste du 9 novembre 2012) devrait permettre à Unimer une meilleure mutualisation de l’activité de conserverie des espèces pélagiques tant au niveau commercial qu’industriel. Et ce, grâce à un doublement de ses capacités de production, d’autant plus que le groupe Unimer compte développer davantage l’activité de conserves
végétales au même titre que les produits surgelés présentant un fort potentiel commercial.
L’année 2013 s’annonce également prometteuse pour Dari Couspate. Selon Upline, «le développement d’une nouvelle ligne de production de couscous permettrait à cette entreprise d’augmenter sa capacité de production». Aussi, Dari Couspate compte développer son activité à l’export à travers la conquête de nouveaux marchés en Afrique, en Europe de l’Est et au Moyen-Orient.
Les perspectives sont en revanche mitigées pour Cosumar. Même si la récolte de betteraves et de la canne à sucre devrait s’améliorer au cours de cette année, «une décompensation du sucre à partir du premier trimestre pourrait remettre en cause le business model de la société», commente Upline. Elle devrait dans ce sens subir les variations du sucre brut à l’international.

 

 

Btissam ZEJLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc