×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Europe

    Marrakech accueille le réseau des Lion’s arabes

    Par L'Economiste | Edition N°:3710 Le 31/01/2012 | Partager
    L’occasion d’échanger les expériences
    Un hôpital des yeux en Egypte et une ferme pédagogique en Tunisie
    Et «un réseau pour le sourire» au Maroc

    Le Lion’s Maroc a inauguré son centre de recyclage et montage de lunettes à Dar Itifl en marge du 14e congrès des Lion’s arabes

    AIMER pour agir. C’est sur ce thème que les gouverneurs des Lion’s arabes ont tenu leur 14 e congrès à Marrakech à l’invitation du district Maroc. 250 Lionistes, tous des passionnés ont profité de l’occasion pour discuter des perspectives de l’action de cette organisation centenaire dans le monde arabe. Un monde qui connaît de grandes mutations et où la solidarité est plus que jamais nécessaire ainsi qu’en sont convaincus les membres des 40 districts arabes. Pour eux, ce sont les poches de pauvreté qui ont fait réagir la jeunesse. Depuis leur création, les clubs arabes ont mené des actions de solidarité qui ont contribué à rendre la vie facile aux nécessiteux. «We serve» est d’ailleurs la devise de ce club créé en 1917 dans l’Arizona. S’inscrivant comme une des plus grandes organisations de clubs-services dans le monde, elle se donne pour mission de contribuer à l’amélioration des conditions de vie. Présente dans près de 205 pays, l’association fédère plus de 50.000 clubs auxquels adhère plus de 1,3 million de membres.
    En Egypte, à Achnoul à El Menoufia (au nord du Caire), le district égyptien a réussi à mener à terme un projet grandiose: une sightfirst dans le jargon des Lion’s. Il s’agit d’un hôpital des yeux pour cette région où les habitants devaient parcourir des kilomètres avant de trouver un hôpital spécialisé. C’est la fondation du Lion’s international qui a équipé l’hôpital en matériel médical, mais le club national a réussi à mobiliser des dons pour la construction, la literie et même des aires de jeux pour enfants. Le tout grâce à des entreprises qui ont soutenu cette opération, indique l’égyptienne Mohga Mahran, gouverneur de district au Lion’s Egypte. L’essence même de ce club est cette capacité à canaliser et coordonner l’engagement social et philanthropique des entreprises. L’intérêt est que ses membres sont en majorité des patrons et fondateurs de grandes entreprises et font donc partie des premiers donateurs. 
    Autre expérience très réussie, celle d’une ferme pédagogique pour handicapés en Tunisie. Etalée sur 9 hectares, cette ferme a pour objectif l’inclusion des handicapés par l’apprentissage d’un métier de ferme. Les bénéficiaires sont aujourd’hui capables de travailler ailleurs malgré leur handicap. «Et certains ont même pu lancer leur propres projets», indiquent les membres du district tunisien. Au Maroc où sont actifs 40 clubs,  c’est un projet d’un autre genre qui a été initié: «le réseau du sourire». Tout a commencé en 2006 à Marrakech à l’orphelinat Bab Ghmat avec la création d’un cabinet dentaire à l’initiative de dentistes membres du club dont le gouverneur actuel, Dr Abdallah Squalli. Ce cabinet permanent prend en charge les soins et les suivis pour les 500 pensionnaires de cet orphelinat. L’opération a tellement bien réussi qu’elle a été rééditée dans 4 autres orphelinats au Maroc. Et 5 autres cabinets sont en cours de réalisation. Le district a aussi financé un cabinet de soins dentaires mobile qui sillonne les zones rurales avec des actions de soins ponctuels. C’est aujourd’hui une expérience réussie que la fondation internationale des Lion’s met en avant dans son site officiel. Autre action sociale de solidarité, celle menée par le Lion’s club des Oliviers avec la création du centre Mansour Dahbi pour la qualification et l’intégration des femmes du quartier el Mellah. Dans ce quartier pauvre, les femmes sont les chefs de famille sans aucune ressource. Le centre a pris en charge 220 bénéficiaires et a réussi à sauver bien des femmes de la prostitution. Le partage de ces expériences fut donc le point d’ancrage du 14e congrès arabe des Lion’s. Des expériences sont à dupliquer ailleurs, espèrent les membres de cette organisation philantropique.

    Des lunettes recyclées

    L’orphelinat dar Itifl de Bab Ghmat de Marrakech abrite désormais un atelier de recyclage et montage de lunettes. C’est un centre social de solidarité initié par le Lion’s club du Maroc. Cet atelier compte à court terme, produire entre 5 et 10.000 paires de lunettes qui vont être distribues gratuitement aux enfants nécessiteux pris en charge par les 40 clubs du Maroc. A moyen terme, le club espère exporter les paires recyclées vers d’autres pays dont les besoins sont identiques, indique Dr Abdellah Squalli, gouverneur du district marocain.

    B. B.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc