×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Olives: La Ficopam lance une offre sur le Net

    Par L'Economiste | Edition N°:3625 Le 28/09/2011 | Partager
    L’objectif de Isouk: faciliter les achats et ventes avant la récolte
    Et lutter contre les surenchères des intermédiaires

    La production de l’olive durant la campagne précédente 2010/2011 est estimée à quelque 1,3 million de tonnes

    Un site web dédié aux petits et grands agriculteurs. A la veille de la campagne de l’olive, la Ficopam (fédération des industries et produits de conserves au Maroc) vient de mettre en place un marché virtuel, Isouk. Il s’adresse à l’ensemble des opérateurs de la filière olive. Objectif: faciliter les achats et ou les ventes d’olives fraîches. C’est une plate-forme liant directement les producteurs aux transformateurs tout en participant aux objectifs du plan Maroc Vert. «Au-delà des contacts directs, il sera ainsi plus aisé d’œuvrer vers la normalisation des matières premières pour faciliter la commercialisation à distance», espèrent les responsables de la Ficopam.
    A travers ce marché, les producteurs pourront déjà annoncer les quantités de matières premières qu’ils souhaitent commercialiser avec les caractéristiques qualitatives et les prix qu’ils souhaitent en obtenir. Derrière cette initiative, l’idée est de résoudre les problèmes d’approvisionnement en produits agricoles et aussi lutter contre les surenchères des intermédiaires. Dans l’ensemble du Maroc, les superficies dédiées à l’olive ont augmenté depuis quelques années. Malheureusement, 50% du patrimoine oléicole couvrent des micro-exploitations, proies faciles des intermédiaires qui achètent sur pied.
    «Dans un premier temps, il faut rester modeste. Il est possible que les demandes sur ce marché virtuel soient peu nombreuses. Mais avec le temps et la multiplication des offres et de la demande ainsi que la communication qui sera faite autour, l’intérêt grandira et l’utilité deviendra évidente», reconnaît Hassan Debbarh, président de la fédération. L’extension à d’autres produits (abricot, huile, conserves de fruits, condiments…) interviendra en deuxième phase au fur et à mesure que les opérateurs s’approprient les différentes facettes de l’outil virtuel.
    Isouk fait partie d’une batterie d’outils que la Ficopam a lancés récemment. Ils visent l’amélioration de la qualité des intrants dans la transformation et la transparence dans le marché. Outre le marché virtuel, elle a mis en place un observatoire des matières premières dont la première partie consiste en une banque de données recensant les producteurs agricoles, le train suivi pour la production, les dates et les conditions de récolte.
    A rappeler que la campagne de récolte de l’olive 2011/2012 est éminente. Elle est prévue selon les régions vers la fin octobre. Les estimations de la récolte précédente 2010/2011 avoisinent 1,3 million de tonnes.

    B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc