×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Exposition: Les femmes araignées à Essaouira

Par L'Economiste | Edition N°:3617 Le 16/09/2011 | Partager
L’artiste Alain Gérez expose au Sofitel
Un style résolument contemporain inspiré de Giacometti

Les sculptures d’Alain Gérez, presque tentaculaires, s’approprient l’espace, tantôt en s’accrochant aux murs, tantôt en restant posées sur le sol. Elles peuvent faire jusqu’à quatre mètre de haut

DEPUIS le 8 septembre dernier, les «femmes araignées», d’Alain Gérez, ce peintre et sculpteur, mais également designer et architecte français, ont «envahi» le Sofitel Mogador Golf & Spa d’Essaouira, au plus grand bonheur des visiteurs.
Dans le décor déjà hautement avant-gardiste de l’hôtel, ces sculptures donnent une nouvelle touche résolument contemporaine au lieu. Cette exposition, qui se déroule dans le cadre de la politique d’animation de Sofitel, se poursuit jusqu’au 9 octobre prochain.
Il aura fallu un certain temps à l’artiste pour arriver à créer ce style propre, très maîtrisé. Il explique avoir «galéré» pendant des années enfermé dans son atelier, afin de donner vie à «ces femmes insectes». C’est d’ailleurs la première fois qu’il expose en tant que sculpteur. Mais le résultat frappe par sa beauté.
De formes et de couleurs variées, ces sculptures très fines peuvent faire jusqu’à quatre mètres de haut. «J’aime travailler avec des grands formats», confie le peintre. Le matériau de base de l’ossature de ses sculptures a fait lui aussi l’objet de nombreuses recherches. Il s’agit d’un mélange de métal et de résine, avec de la fibre de verre et du mastic.
Par cette exposition, le peintre a voulu rendre hommage à la beauté et l’élégance de la femme dans toute sa splendeur. Les femmes araignées évoquent aussi la relation complexe qu’entretient l’artiste avec la gent féminine. Ses sculptures, presque tentaculaires, s’approprient l’espace, tantôt en s’accrochant aux murs, tantôt en restant posées sur le sol. Bien qu’il ait créé un style qui lui est propre, Gérez reconnaît une certaine inspiration d’Alberto Giacometti.
Pour sa première exposition de sculpture, Gérez se dit ravi qu’elle se déroule au Maroc. En effet, l’artiste entretient des liens forts avec le Maroc depuis de nombreuses années. Il y a travaillé et actuellement vit entre Marrakech, Aix-en-Provence et Bruxelles. Avant d’être artiste, Alain Gérez était architecte et designer. Ensuite, il se tourne vers la peinture et crée une technique picturale qui rencontre rapidement un franc succès. Cependant, ses formations d’architecte et designer reprennent le dessus et c’est de cette manière qu’il décide de se lancer dans la sculpture.

M. N. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc