×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Ecoles des Mines
    Belle performance des Marocains

    Par L'Economiste | Edition N°:3596 Le 16/08/2011 | Partager
    17 étudiants admis à Nancy et Saint-Etienne
    Un record: Paris intègre 5 étudiants
    L’association des anciens lauréats les soutient

    Les nouveaux admis aux écoles des Mines pourront compter sur le soutien des membres de l’Association marocaine des ingénieurs des écoles des Mines de Paris, Nancy et Saint-Etienne

    Une cérémonie a été organisée, jeudi dernier, par l’Association marocaine des ingénieurs des Mines (Amim), en l’honneur des nouveaux admis aux écoles des Mines de Paris, Nancy et Saint-Etienne. Une tradition depuis la création de l’association. La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités, dont Mourad Cherif, président du conseil de surveillance de la BMCI, Hassan Bouhemou, président de la SNI, et Saïd Ahmidouch, DG de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et président de l’Amim. Tous des «produits» des Mines qui, autour d’un f’tour convivial, ont pu conseiller les futurs ingénieurs. «Cette rencontre a pour but de favoriser l’intégration et le soutien des jeunes futurs mineurs. Il s’agit de les encourager, les orienter et les mettre en contact avec les anciens élèves», explique le président de l’Amim.
    Cette année, 21 étudiants ont réussi le concours d’entrée aux Ecoles des Mines. Douze d’entre eux intégreront l’Ecole des Mines de Nancy, 4 poursuivront leurs études à Saint-Etienne et 5 iront à l’Ecole des Mines de Paris, réputée être la meilleure. Un véritable score et qui témoigne du niveau élevé de la promotion de cette année. La majorité de ces taupins sont issus des classes préparatoires du lycée Moulay Youssef à Rabat. Après avoir passé les concours des grandes écoles françaises, et réussi celui des Mines, ces étudiants ont été affectés aux différentes écoles par ordre de mérite et selon la liste de vœux qu’ils ont dressée lors des inscriptions.
    Une chance pour eux, les nouveaux mineurs vont bénéficier du soutien de l’association qui les accompagnera durant les études et jusqu’à leur insertion professionnelle. Ces taupins ont également bénéficié du soutien du collectif des Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) durant la période de la préparation des concours. Pour ceux qui partiront à Nancy, ils pourront compter sur l’association des Marocains des grandes écoles (AMGE) de l’Est, créée par les étudiants marocains des écoles des Mines en France, dont la mission sera de leur faciliter l’accueil et l’intégration. Rappelons que l’Association marocaine des ingénieurs des Mines (AMIM) a été créée à l’initiative des ingénieurs diplômés desdites écoles, en vue d’entretenir et resserrer les liens d’amitié et de camaraderie entre les membres, maintenir et développer les rapports avec ces écoles et avec les associations des anciens élèves. Elle œuvre pour apporter le soutien aux élèves ingénieurs pendant leurs études, les aider à l’insertion dans la vie professionnelle et veiller à la diffusion de publications d’intérêt technique, économique, scientifique et social.

    Intissar BENCHEKROUN

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc