×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    Les prix dans les régions
    A Rabat la tomate inabordable

    Par L'Economiste | Edition N°:3587 Le 03/08/2011 | Partager
    Le prix a plus que doublé
    1,6 million de litres de lait, 350.000 œufs, 15.000 tonnes de farine…

    «Toutes les mesures ont été prises pour assurer dans de bonnes conditions l’approvisionnement des marchés de la capitale en produits alimentaires durant le mois de Ramadan», assure Boulahia El Moustapha, adjoint du Chef de département des affaires économiques à la Wilaya de Rabat. Pour ce dernier, à l’approche de chaque mois de Ramadan, il faut s’attendre à une légère hausse de prix de certains produits notamment la tomate et les légumineuses (pois chiches, lentilles et fèves). Cela s’explique par une demande anticipée des ménages sur ces produits, ce qui contribue à l’installation d’une psychose de la rareté de ces denrées. Cette situation encourage la spéculation à laquelle s’adonnent de nombreux commerçants. Par exemple pour les tomates, le prix du kilogramme avoisine actuellement les 5 DH contre uniquement 2 DH il y a deux semaines. Et il est fort probable que le prix dépassera les 7 DH durant la première semaine de Ramadan. De même pour les lentilles et les pois chiches dont les prix oscillent entre 17 et 20 DH le kg, soit une hausse de près de 5%, selon le responsable de la Wilaya.
    Outre l’effet de la demande effective, il y a d’autres facteurs qui sont derrière la rareté de certains produits. Ainsi pour la tomate, il faut rappeler que sa production est faible durant la période d’été. En plus cette culture a été fragilisée par la vague de chaleur pendant 15 jours notamment dans la région du Souss. Pour les légumineuses, Boulahia rappelle les inondations qui ont frappé la région du Gharb considérée parmi les fournisseurs principaux de l’agglomération de Rabat. Mais pour Boulahia, l’effet de la demande anticipée s’estompera à partir de la deuxième semaine du Ramadan. Ce qui va permettre un retour à la normale des prix à l’ensemble des produits. Mais cela n’empêche pas de renforcer les opérations de contrôle. Des brigades sont déjà à l’œuvre. Sur ce volet, il faut rappeler que durant le premier semestre de cette année, 597 infractions ont été relevées par les services de contrôle de la Wilaya dont 442 portant sur le défaut d’affichage des prix.
    Notons, enfin, que durant le mois de Ramadan on s’attend à une baisse générale dans le secteur du tourisme. Pour pour la capitale, les activités religieuses vont sauver un peu la saison comme c’est le cas pour les années précédentes. Plusieurs personnalités marocaines et étrangères sont invitées pour animer ou assister à ces rencontres.

    Consommation prévisionnelle

    POUR ce mois de Ramadan, les services de la wilaya ont déjà une idée sur les besoins prévisionnels en produits alimentaires stratégiques. Pour les tomates, la consommation est estimée à 600 tonnes. Pour les lentilles, les pois chiches et les fèves, il faut compter respectivement sur 340 quintaux, 500 quintaux et 1.560 quintaux. Pour la viande, toutes variétés confondues, la demande est estimée à près de 980 tonnes, alors que la consommation de poissons est estimée à 340 tonnes et presque le double pour les volailles. En outre, les habitants de Rabat consomment au mois de Ramadan près de 1,6 million de litres de lait, 350.000 œufs, 15.000 tonnes de farine et 1.500 quintaux de dattes.

     

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc