×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Focus

    Les prix dans les régions
    Tanger: Une abondance trompeuse

    Par L'Economiste | Edition N°:3587 Le 03/08/2011 | Partager
    Flambée en dépit d’une offre importante en fruits et légumes
    Des hausses encore attendues prochainement

    Le panier de la ménagère ne risque pas d’être dégarni en ces premiers jours du mois sacré de Ramadan. En effet, l’offre en fruits, légumes et viandes est suffisante en cette époque de l’année, selon plusieurs grossistes de la Région. Le seul hic reste le prix à payer. En effet, au cours des derniers jours, le prix des légumes a connu une augmentation de plus en plus forte à l’approche du mois de Ramadan. Le cas de la tomate est le plus flagrant. Ce fruit a pratiquement vu son prix sur les étals multiplié par deux. De 2 DH le kilo il y a quelques semaines, il a atteint les 5 DH il y a quelques jours. Et selon les estimations, il devrait atteindre les 7 DH le kilo. La cause en est l’engouement des ménagères pour ce légume, principal ingrédient de la harira qu’elles ont tendance à acheter en masse et à stocker. Toutefois, l’on s’attend à ce que les prix se stabilisent après la première semaine du mois de Ramadan pour atteindre des niveaux normaux.
    En ce qui concerne la pomme de terre, ses prix connaissent aussi une tension et une tendance à la hausse même s’ils sont moins prononcés que ceux de la tomate. En effet, ce tubercule, même s’il n’a pas les premiers rôles lors du Ramadan, reste un produit de première consommation en ces jours de la saison des vacances et du mois sacré. La forte demande des différents restaurants et autres snacks a tendance à tirer les prix vers le haut.
    Rien n’est à craindre aussi en ce qui concerne les viandes rouges surtout. L’été reste une période de forte production, surtout par l’augmentation de la consommation entraînée par les périodes des vacances. Cependant, les prix risquent aussi de connaître une légère hausse.
    Il faut rappeler que la Région de Tanger dépend totalement des productions d’autres régions, surtout en fruits et légumes. Les frais de transport, mais aussi la forte demande d’une région qui se veut touristique d’abord, ont un effet inflationniste important qui se répercute sur le prix final. D’autre part, comme le précise un intermédiaire en légumes, à Tanger, «toutes les quantités finissent par être vendues, ou presque». D’où une tendance à tirer les prix vers le haut.
    Tanger est, en effet, l’une des villes où l’indice des prix à la consommation est le plus élevé avec Agadir, une caractéristique des villes balnéaires. 

    Des prix abordables à Tétouan

    Moins de 60 kilomètres séparent Tanger de Tétouan, mais pour un même panier, le prix est souvent deux fois moins cher. Les deux villes ont, en effet, un niveau de vie différent, surtout en produits alimentaires. Si l’on excepte les régions côtières telles Martil ou Mdiq, Tétouan reste une ville où les prix des fruits et légumes n’ont pas trop tendance à augmenter, ou du moins, cette tendance n’est pas aussi accentuée comme c’est le cas à Tanger. Un élément de réponse réside dans la composition des marchés habituels de Tétouan. Par exemple à côté du marché strcturé de Saniat Rmel, de nombreux vendeurs ambulants, pour la plupart des campagnardes de la périphérie, écoulent directement leurs produits avec une marge raisonnable. On y trouve tous les légumes à des prix beaucoup moins chers qu’à Tanger. La différence ne se limite pas au panier de la ménagère, mais aussi au loyer et à d’autres services, à tel point que l’option de résider à Tétouan pour de nombreux tangérois tout en maintenant leurs emplois à Tanger est de plus en plus alléchante.

    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc