×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Visite royale
Un accord-cadre avec le Mercosur à l’étude

Par L'Economiste | Edition N°:1902 Le 24/11/2004 | Partager

. 210 millions de consommateurs . Des intérêts commerciaux convergentsC’est par le Mexique que SM le Roi commencera sa visite en Amérique latine. Ce pays présente un enjeu politique évident dans la mesure où ce pays reconnaît le Polisario. Tout le challenge pour les diplomates marocains est d’infléchir cette position, quoiqu’elle ne soit pas aussi radicale dans les faits (voir notre édition d’hier, www.leconomiste.com).Après le Mexique, le Souverain se rendra au Brésil, premier partenaire commercial du Maroc dans le sous-continent et force régionale en pleine expansion. En 2003, il a représenté 52,7% des échanges commerciaux du Maroc avec l’Amérique latine. Plus qu’une leçon d’intégration régionale, l’Amérique latine offre de réels avantages commerciaux. Le programme de la visite royale comporte l’examen d’un projet d’accord-cadre avec les pays de Mercosur qui regroupe l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay (210 millions d’habitants). Cet ensemble régional, même s’il n’est pas encore parachevé économiquement, est en négociation avec l’UE pour la conclusion d’un accord de libre-échange.Pour le Maroc, les leçons à tirer de l’expérience du Mercosur sont évidentes. La question agricole, un sujet mondialement débattu, pose problème, que ce soit à l’intérieur du groupe ou dans les projets de coopération extérieure. Politiquement harmonisés, les pays du Mercosur butent encore sur le démantèlement douanier au niveau de l’agriculture, notamment sur la question du sucre, où le Brésil possède une compétitivité sans concurrence qui a suscité des mesures protectionnistes en Argentine. De même, les négociations s’annoncent dures avec une Union européenne, à la défensive sur la question agricole (en raison du lobby agricole qui a consolidé sa puissance, notamment dans les négociations UE-Maroc). Le Brésil et l’Argentine veulent accéder aux marchés européens du boeuf, de la volaille et celui du sucre. De son côté, l’UE s’intéresse aux secteurs financier, télécommunications et maritime. Agriculture contre technologie, l’échange pourrait être équitable si les règles du jeu sont les mêmes. Or, dans tous les accords mondiaux, c’est le même problème qui se pose, celui des subventions agricoles qui empêchent la naissance d’un vrai partenariat entre le Nord et le Sud. Les pays d’Amérique latine et le Maroc peuvent donc avoir des intérêts convergents pour défendre la position des pays du sud à l’OMC et au sein du G77. Au niveau bilatéral, le sous-continent revêt une importance particulière pour le Royaume en tant que vaste marché de plus de 550 millions de consommateurs. Le Maroc importe essentiellement des produits agricoles: sucre, maïs et oléagineux. Il achète aussi du bois, des tracteurs agricoles et du tabac. Dans l’autre sens, il exporte en revanche du phosphate et les dérivés de poisson. Nul doute que la donne de la logistique se poserait si les deux parties veulent accroître leurs échanges. Pour justifier la création de lignes régulières, il faut atteindre une taille commerciale importante. Avec le Pérou, qui sera la troisième destination de SM le Roi, le Maroc examinera un accord commercial préférentiel. Les échanges avec ce pays sont faibles et très fluctuants, et se sont établis à 54 millions DH, dont 46 millions DH à l’export. Le Pérou et le Chili sont les deux pays, avec qui le Maroc a le moins de contact commercial par rapport aux autres mastodontes latino-américains. L’Argentine, dernière escale royale, vient après le Brésil et absorbe 24,94% des échanges. Elle est suivie du Mexique qui représente 7,15%. Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc