×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

TPS: Les pirates mis KO?

Par L'Economiste | Edition N°:1901 Le 23/11/2004 | Partager

. Le réseau est passé à la vitesse supérieure dans la lutte antipiratage audiovisuelle. La mise en place d’un code dynamique complique la tâche des experts de Derb Ghallef Féru de chaînes françaises, le téléspectateur marocain broie du noir. Depuis quelques jours, il est tout simplement impossible de capter une des chaînes du réseau TPS codé (Home cinéma, Star, LCI ou encore Multivision) auxquelles de nombreuses familles avaient accès grâce au système «viaccess», ou d’autres systèmes utilisés pour la réception des chaînes numériques. Du coup, Derb Ghallef, le fameux souk de Casablanca, ou encore la «jouttia high tech» de Rabat ont été pris d’assaut ce week-end comme si la télévision s’arrêtait avec TPS. Les téléspectateurs se sont rués sur les «magasins spécialisés» dans la recharge des cartes d’accès. En deux jours, explique Simo, un expert en «décodage», des centaines de visiteurs et des centaines d’appels téléphoniques, «nous sont parvenus dans l’espoir d’obtenir le fameux code», confie-t-il. Les experts de Derb Ghallef s’attellent à la tâche pour trouver le nouveau code. «Cela prendra une semaine voire deux car le cryptage est différent cette fois-ci», indique Simo à un client désespéré. Pour l’heure, seules les chaînes TF1, France 2 et 3 et M6 sont disponibles. Quoique brave et très débrouillard, le jeune spécialiste en «décodage» ne sait pas que le réseau TPS entame une nouvelle étape dans la lutte contre le piratage audio- visuel. En effet, le groupe est passé au «viaccess 2» et à un cryptage mutant, communément appelé «TPS Crypt» qui trouble les cartes piratées. Rappelons que depuis sa création, le deuxième bouquet français avait choisi un système de cryptage commercialisé par la filiale de France Telecom, Viaccess SA. Celle-ci correspond à une norme précise qui fait l’objet d’une licence commercialisée à travers le monde. Pour rendre inviolable, le cryptage des terminaux propriétaires, TPS a mis au point un système qui s’apparente au Viaccess mais qui a été légèrement modifié grâce aux ressources du moteur d’interactivité «Open Tv». Le mariage Open Tv/Viaccess permet ainsi de transformer les caractéristiques du cryptage en temps réel et de rendre les cartes pirates inopérantes. TPS Crypt vient donc de commencer ses mutations qui seront renouvelées périodiquement pour réduire à néant les actions de piratage. Autrement dit, TPS, c’est fini… A moins que les prodiges de Derb Ghallef ne trouvent un code aussi dynamique que le cryptage, chose qu’ils n’ont pas pu réaliser pour Canalsatellite. Reste l’ancienne solution de l’analogique pour capter TF1, FR2, FR3, FR5 et M6 ou celle d’emprunter la voie «légale» pour accéder aux programmes TPS et Canalsatellite, celle de souscrire à un abonnement en bonne et due forme, moyennant une redevance mensuelle à partir de 15 euros pour le package basique. Pour ce faire, les bouquets louent des terminaux d’origine qui captent encore en dépit des changements de codes. Plusieurs ménages l’ont au Maroc, soit directement parce qu’ils possèdent une adresse en France, soit indirectement, à travers la famille ou des amis installés dans l’Hexagone. Ce sont actuellement les deux possibilités d’abonnement à TPS et Canalsatellite, qui ne peuvent et ne veulent pas, du moins pas encore, vendre au-delà de l’Hexagone, les droits de diffusion.Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc