×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Quel président pour la Fédération du Tourisme?

Par L'Economiste | Edition N°:1664 Le 17/12/2003 | Partager

. Deux candidats en lice. Principal chantier à poursuivre: la réalisation de la vision 2010C’est aujourd’hui, mercredi 17 décembre 2003, que les membres de la Fédération du Tourisme affiliée à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ont rendez-vous pour élire leur nouveau président. A l’heure où nous mettions sous presse, hier, deux candidats s’étaient officiellement présentés. Il s’agit de Jalil Benabbès Taârji, directeur général de Tikida Hôtels et Othman Cherif Alami, président du groupe Atlas Voyages. Une candidature supplémentaire n’est cependant pas à écarter puisque toute personne intéressée conserve la possibilité de se présenter jusqu’au moment de la tenue des élections. Le nouveau président succédera ainsi à Mohamed Benamour, à la tête de la Fédération durant deux mandats successifs. Et si le président sortant, Mohamed Benamour, ne se représente pas comme il en avait fait part en juin dernier, c’est pour “laisser la place à de nouvelles compétences”. Pour lui, “les élections ne sont pas une fin en soi”. Celui qui a signé, avec les pouvoirs publics, un des tout premiers contrats-programmes sectoriels, considère que “le Maroc peut s’honorer du choix de société pour lequel il a opté. La vision partagée par l’ensemble des intervenants et la définition d’un programme avec un planning détaillé des réalisations peuvent être considérées comme un signe de fierté et d’espoir en l’avenir”. Le principal chantier mis en place par la fédération ces six dernières années a incontestablement été la participation à la conception de la vision 2010. “J’ai contribué à inscrire de façon pérenne les trois axes fondamentaux de l’accord d’application”, ajoute-t-il. Ces trois volets ont d’ailleurs été les axes centraux de la réunion du Comité stratégique du tourisme tenue lundi 15 décembre sous la présidence de Driss Jettou. A l’ordre du jour: le financement d’unités hôtelières et la réalisation de complexes hôteliers et parahôteliers pour lesquels une enveloppe de 9 milliards de dollars est prévue, conformément aux prévisions de l’accord-cadre. Le deuxième axe concerne la libéralisation du transport aérien et son ouverture à d’autres compagnies sur les vols réguliers et charters, tout en pérennisant le rôle de la RAM. Enfin, on se félicite également de la mise en place de l’outil de commercialisation du produit Maroc et du nouveau marketing destinés à accompagner la réalisation de la vision 2010. Le budget alloué à cet effet est d’un milliard de dirhams. Désormais, c’est l’Office national marocain du tourisme (ONMT) qui s’occupe de la commercialisation du produit Maroc à l’étranger. Le ministère a en charge la stratégie à l’échelon national. Rappelons que le Maroc a érigé en secteur prioritaire, moteur du développement économique, le tourisme. A l’horizon 2010, le pays se fixe pour objectif de drainer 10 millions de touristes. Ce qui suppose préalablement la réalisation des chantiers que la vision 2010 définit. Transport aérien, unités hôtelières, construction de complexes et formation en constituent l’ossature. L’esprit de travail qui a prévalu tout au long de l’élaboration de la stratégie touristique représente pour Mohamed Benamour un des acquis fondamentaux des années passées à la tête d’une association, qui a aussi connu des moments de turbulences. Ce qui amène de nombreux opérateurs à considérer que le nouveau président devra surtout être un homme de dialogue pour fédérer et poursuivre les chantiers mis sur pied. Celui de l’externalisation de la Fédération qui devrait lui conférer une plus grande autonomie apparaît comme une priorité. C’est du moins ainsi que le présentent certains professionnels. Ceux destinés à atteindre les objectifs fixés par le Maroc en matière touristique à l’horizon 2010 se placent incontestablement en tête des actions à poursuivre, avec les pouvoirs publics. Hormis la personnalité du nouveau président, la composition du bureau de la Fédération devrait, elle aussi, être déterminante.


Les candidats

. Jalil Benabbès Taârji: Diplômé de HEC Paris et d’un DESS en gestion financière et fiscalité à la Sorbonne, JBT débute sa carrière au Crédit Lyonnais en tant que vice-président du département Capital Markets. En 1995, il intègre le groupe Tikida Hôtels en tant que directeur général. Il est par ailleurs membre-fondateur de l’Union régionale de Marrakech-Tensift de la CGEM, président du GRIT-Marrakech de 2001 à 2002, vice-président de la Fédération du Tourisme de 1996 à 1997 et président de l’AIH de Marrakech de 1997 à 2001. Il est également membre GLT du World Economic Forum de Davos et du groupe HEC Tourisme-Paris.. Othman Cherif Alami: Diplômé de l’Institut supérieur de Tourisme, Cherif Alami est président de la Fédération nationale des agences de voyages marocaines à deux reprises, président-fondateur de l’Association des anciens étudiants de Tanger, vice-président du CRT-Casablanca et membre de l’Association internationale d’experts scientifiques en tourisme. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc