×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Piratage: Les éditeurs de logiciels épinglent les revendeurs

Par L'Economiste | Edition N°:1917 Le 15/12/2004 | Partager

. Une enquête de BSA montre que 35% d’entre eux fraudent . Ils proposent des ordinateurs préchargés de logiciels piratés L’Alliance des éditeurs de logiciels (BSA) s’attaque au réseau de distribution de matériel informatique au Maroc. Elle a mené une enquête en novembre dernier à travers un organisme indépendant (Licorne Télémarketing) pour connaître la tendance actuelle d’incitation au piratage informatique à travers les réseaux de revendeurs. Ainsi, une équipe de quatre “clients mystère”, a procédé à une enquête en deux phases, selon un scénario préétabli. D’abord par téléphone auprès d’un échantillon de 530 revendeurs à travers 35 villes, pour dresser un premier constat. Ensuite, des visites ont été organisées à Casablanca et Rabat chez 151 revendeurs pour apprécier les résultats obtenus lors de la première phase. Il s’est avéré que 33% des revendeurs contactés par téléphone proposent des ordinateurs avec des logiciels piratés. Alors que 44% disent qu’ils commercialisent les ordinateurs dans le respect de la législation en matière de droits de propriété intellectuelle. En revanche, près de 15% proposent à leurs clients des ordinateurs vides. Si leur action n’est pas sanctionnable, elle est toutefois entachée de mauvaise foi. “Lorsque le revendeur propose un ordinateur vide, c’est pratiquement une invitation à la fraude”, estime Nadia Benbahtan, porte-parole de BSA. Les visites ont montré, elles, que 35% des revendeurs identifiés en règle lors de la phase d’appel se sont révélés pirates en situation de vente réelle. L’étude a par ailleurs révélé que les clients finaux désignent souvent les revendeurs comme principaux responsables du piratage informatique. “Pour motiver un achat et écouler leur marchandise, certains revendeurs proposent au client un ordinateur préchargé de logiciels illicites à moindre prix”, assure-t-on auprès de BSA. Ce qui porte préjudice également aux autres revendeurs qui ont choisi le respect de la loi. “Ceux-ci se retrouvent face à une concurrence déloyale qui les prive d’un avantage compétitif de taille, le prix”, ajoute l’alliance. Au vu des résultats de cette enquête, BSA compte mener plusieurs actions auprès des revendeurs informatiques afin de les sensibiliser davantage sur les méfaits du piratage. C’est ainsi que 500 revendeurs seront visités par l’équipe de l’alliance pour un rappel de la loi sur la propriété intellectuelle. “Des formations sur site sur les risques du piratage et les avantages des logiciels originaux sont également au menu”, explique Benbahtan. Bien que la voie judiciaire ne représente pas le fer de lance dans la lutte contre le piratage, le porte-parole de BSA a rappelé que les actions en justice portent généralement leurs fruits. “L’appareil judiciaire tranche toujours dans le sens de la protection des droits d’auteurs”, indique Benbahtan. Selon elle, huit dossiers ont d’ores et déjà été jugés et deux sont en cours.Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc