×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

L’OCDE rassurante quant à l’économie mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:1860 Le 23/09/2004 | Partager

. Et plus précisément sur l’impact de la flambée du pétrole L’OCDE a brossé un tableau rassurant de l’économie mondiale. Et ce, en revoyant en hausse, une partie de ses prévisions de croissance au deuxième semestre. Mais aussi, en estimant que l’envolée du pétrole ne devrait pas se traduire par un resserrement accéléré des taux d’intérêt en Occident. «L’ensemble des informations conjoncturelles qu’on a vu s’accumuler, laissent augurer une croissance relativement soutenue pour le second semestre de cette année», a déclaré le chef économiste de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), Jean-Philippe Cotis. Ce dernier présentait une évaluation intermédiaire de la croissance dans le monde industrialisé. Les chiffres publiés sont en hausse pour ses principaux pays membres, à l’exception notable des Etats-Unis. Ils devraient enregistrer une progression de leur PIB de 4,3% en 2004, contre une précédente prévision de 4,7%. Quant au «G6» (Etats-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon et Grande-Bretagne), il devrait connaître un taux de croissance «tout à fait substantiel», estimé à environ 3,5% en rythme annualisé au deuxième semestre, a-t-il indiqué. Globalement, «le trou d’air du deuxième trimestre semble se résorber. L’allure générale du scénario» retenu jusqu’ici par l’organisation internationale «ne nous paraît pas menacée», a-t-il souligné. L’autre bonne nouvelle selon l’OCDE est que le «choc pétrolier» provoqué par l’envolée des cours du brut depuis quelques mois ne devrait pas se traduire dans l’immédiat par une poussée inflationniste synonyme de tour de vis monétaire. Selon lui, la flambée du brut n’a que des effets directs «assez modestes» pour les pays de l’OCDE car cela «porte sur un pourcentage du PIB qui n’est pas très grand», a-t-il expliqué. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc