×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Shell annonce d’importantes cessions

Par L'Economiste | Edition N°:1860 Le 23/09/2004 | Partager

. Le montant varie entre 10 et 12 milliards de dollars entre 2004 et 2006. Le groupe prévoit aussi d’investir 45 milliards de dollarsLe groupe pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé d’importantes cessions dans les deux ans à venir sans faire de nouvelle annonce sur la réorganisation de la structure du groupe, le 22 septembre dernier en présentant sa nouvelle stratégie. Des nouvelles mal accueillies à la Bourse de Londres, où le titre du groupe reculait de 1,16% à 427,25 pence vers 09h30 GMT. La présentation de la nouvelle stratégie du groupe, en particulier en ce qui concerne son organisation, était très attendue depuis le scandale sur la surestimation des réserves.Des actionnaires ont fait pression ces derniers mois pour une unification des deux directions anglaise et néerlandaise. La structure duale du groupe a, selon eux, sa part de responsabilité dans le scandale des réserves.Mais Shell n’a pas fait de nouvelle annonce sur ce sujet. «Une culture de priorité à l’entreprise est essentielle. Nous concentrons notre réflexion sur une organisation simplifiée ainsi que des systèmes et des processus standardisés», a déclaré le patron du groupe, Jeroen van der Veer. Le groupe pétrolier a annoncé mercredi des cessions d’actifs pour un montant de 10 à 12 milliards de dollars entre 2004 et 2006.Shell prévoit également d’investir 45 milliards de dollars sur cette période, a-t-il indiqué dans un communiqué. Sa production pétrolière devrait s’établir entre 3,7 et 3,8 millions de barils équivalent pétrole (mboep) en 2004 et entre 3,5 et 3,8 mboep en 2005 et 2006. Elle devrait atteindre 3,8 à 4 mboep en 2009.Shell a également annoncé que son taux de remplacement des réserves prouvées, une donnée clef pour évaluer le niveau d’activité d’une compagnie, atteindrait une moyenne d’au moins 100% sur la période 2004-2008. Shell avait indiqué durant l’été que son taux de remplacement se situait entre 60 et 80%, soit bien loin de celui de son principal concurrent BP, qui dépasse 120%. Shell a enfin confirmé le volume de réserves annoncé à environ 60 milliards de barils équivalent pétrole en avril, après quatre révisions à la baisse, et promis 13 milliards de barils supplémentaires pour 2009. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc