×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’industrie papetière acculée à la mise à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:1917 Le 15/12/2004 | Partager

. Les volets technique, humain et réglementaire sont concernés. Les Marocains, petits consommateursL’industrie papetière, ancrée dans le tissu économique depuis plusieurs décennies, réfléchit sur son avenir. Face à la levée des barrières douanières et aux multiples accords de libre-échange, l’activité est acculée à se mettre à niveau. La question a été débattue lors des premières journées techniques papetières qui se sont achevées hier à Casablanca. Cette rencontre de deux jours avait pour thème “La compétitivité de l’industrie papetière”. Elle a été organisée par l’Association des fabricants du papier au Maroc (AFPM) et a connu la participation du ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau, de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et de la Fédération des industries forestières, des arts graphiques et de l’emballage (FIFAGE). Les principales entreprises du secteur y étaient: Groupe CMCP, Lex Papier, Papelera de Tetuan, Safripac, Sifap et Sipat. Au Maroc, le marché du papier est appelé à croître, a indiqué Mounir El Bari, président de l’AFPM, qui vient de voir le jour cette année. Mais la mise à niveau du secteur sur le plan technique, humain et réglementaire est une priorité incontournable pour la survie de cette industrie, estiment les opérateurs. “Une rude compétitivité incite aujourd’hui l’ensemble des acteurs à agir pour le bien-être et l’évolution du secteur”, a par ailleurs souligné Aziz Qadiri, président de la Fifage. Surtout qu’il est relativement énergivore et que le coût de l’énergie est excessivement élevé au Maroc. A noter que la production se situe à 170.000 tonnes par an et n’est le fait d’opérateurs marocains qu’à hauteur de 40%. En outre, le Marocain est connu pour sa faible consommation (8,5kg/habitant/an) en comparaison au Français ou encore l’Espagnol (140 kg/ habitant/an). Abdellah Nejjar, directeur de la Normalisation et de la Promotion de la qualité au MCI, a précisé lors de cette rencontre que “le gouvernement appuie fortement ce secteur et qu’il fera de son mieux pour contribuer à son évolution”. D’ailleurs, l’un des objectifs affichés de ces premières journées papetières c’est de préparer un cadre de dialogue pluriannuel entre les pouvoirs publics et les professionnels, comme l’a indiqué Mohamed Lahlou, président de la Commission “compétitivité de l’entreprise” au sein de la CGEM. Ce qui devrait déboucher dès l’année prochaine sur l’organisation au Maroc du 1er salon papetier.Yassir LAHRACH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc