×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Constitution: Raffarin «confiant»

Par L'Economiste | Edition N°:1916 Le 14/12/2004 | Partager

. Il est tout aussi confiant concernant l’adhésion de la Turquie. Pour lui, Barroso est l’homme de la situationLe Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin se déclare «confiant sur l’issue du prochain référendum en France» sur la Constitution européenne, dans un entretien paru le 12 décembre dans le quotidien portugais Publico.«Le résultat de la consultation interne chez les socialistes est une bonne nouvelle. Du côté de la majorité, l’opinion est favorable à la Constitution européenne et les partis, UMP (majoritaire) comme UDF (centre-droit), soutiennent ardemment ce texte», estime-t-il.Interrogé sur les conséquences d’une éventuelle victoire du «non» à cette consultation dont la date n’est pas encore arrêtée, Raffarin préfère «rester confiant et ne penser qu’à une victoire du oui».Quant au débat sur l’adhésion à l’UE de la Turquie, qui sera au coeur du sommet européen de la semaine prochaine et dont certains en France pensent qu’il favorise le camp du «non» au référendum, le Premier ministre estime que l’entrée de ce pays «est ou plutôt pourra être, si elle se confirme dans les années qui viennent, une nouvelle étape de l’histoire de l’Union européenne». «Cela ne signifiera pas la fin d’une certaine idée» de l’UE. Même s’il se dit «parfois agacé par des décisions qui viennent de Bruxelles» qu’il ne trouve «pas toujours du meilleur effet», le chef du gouvernement réaffirme par ailleurs son «engagement européen, qui est ancien, enthousiaste et sincère». Il voit dans le nouveau président de la Commission européenne, le Portugais José Manuel Durao Barroso, «l’homme de la situation» avec lequel il pense que le dialogue noué avec son prédécesseur Romano Prodi «pourra se poursuivre en toute confiance».Le Parti socialiste (PS) français a organisé le 1er décembre un référendum interne sur la Constitution européenne qui a vu une large victoire du «oui».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc