×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

«Les Musiques sacrées gagneraient à associer les gens humbles»
Entretien avec Idrissa Seck, ancien Premier ministre du Sénégal

Par L'Economiste | Edition N°:1785 Le 08/06/2004 | Partager

Idrissa Seck, celui qu’on appelle «l’éminence grise de Wade», a médusé l’auditoire des Rencontres de Fès. Spécialement celle consacrée à la spiritualité face aux défis du monde. Il nous faut redécouvrir nos parentés, dira-t-il. «On a cessé d’être simple qu’il est devenu très compliqué de le devenir!»- L’Economiste: Ces rencontres de Fès ont l’air d’un rassemblement des élites. Il y a peu de jeunes, peu d’étudiants et «…ces gens d’en bas». Qu’en pensez-vous?- Idrissa Seck: Ce que je sais de ce festival, que je fréquente depuis plusieurs années, c’est qu’il a plusieurs aspects : colloques, concerts, rencontres au Musée de Batha. On m’a dit également qu’il y avait un festival dans la ville. Mais ce qui serait bien, et vous avez raison de relever ce point, c’est que les populations soient impliquées dans ce qui se dit lors de ces rencontres et surtout qu’on les écoute. Les messages les plus puissants viennent des plus humbles. Moïse était un berger, Jésus un charpentier, et Mohamed un commerçant.«Allah sait où placer ses messages», dit le Coran. Et ces messages sont partout, aussi bien chez les rappeurs que chez les lecteurs de Tintin ou Titeuf, ou les femmes qui vont faire le marché. Ce festival gagnerait à véhiculer ces aspects et à inviter les populations dans ces sphères. Au Sénégal, nous avons un festival des danses sacrées de Thiès, ville dont je suis le maire. Je disais souvent à mon ami Mohamed Kabbaj (ndlr: président de l’Association Fès-Saiss): «on chante à Fès, on danse à Thiès». Et dans ce festival, il y a en face des sommités mondiales invitées à participer, des jeunes qui ne savent pas calculer des intégrales triples ou qui ne citent pas Spinoza, mais qui parlent le langage cru. Sans cette connexion, sans diffusion, sans transmission… il n’y a pas de vie.- La situation au Moyen-Orient et Proche-Orient a été longuement évoquée. Il y a consensus qu’il faut agir dans l’urgence, s’impliquer pour arrêter ces drames… Mais il y a un problème de rythme entre le discours et l’ascension de la violence. Comment agir concrètement et dans l’urgence?- C’est très difficile. Le Sénégal préside la Commission des Nations unies pour les droits inaliénables du peuple palestinien. J’ai été Premier ministre jusqu’au 31 avril dernier et j’ai rencontré beaucoup d’acteurs palestiniens. J’ai pu mesurer lors de ces rencontres la difficulté à promouvoir des actions. La solution ne réside pas dans la feuille de route de Bush, mais dans les feuilles de route d’Abraham et Moïse! Il y a un effort à faire de la part des Israéliens. Cette région du Proche-Orient est le berceau des trois religions monothéistes. Mohamed y a pris le départ pour son ascension vers la Mosquée d’Al Qods, Jésus y a fait ses révélations… Le Coran lui-même dit que «ne se détourne de la religion d’Abraham que celui qui sème son âme dans la sottise». Cette primauté chronologique impose une certaine conduite plus intégrative qu’agressive. Lorsque le gouvernement israélien agit au nom de son intérêt national, en l’occurrence sa sécurité, il faut qu’il comprenne qu’elle réside dans la paix. Parce que s’il y avait la paix, le monde entier irait déposer ses biens les plus précieux et se ressourcer là-bas. C’est quand même le berceau d’Abraham, de Moïse, du roi Salomon... Ce mur et ce «tout-militaire» sont de grandes erreurs. Je le pense sincèrement, et pas en tant qu’officiel.Les Palestiniens et les musulmans doivent eux aussi se rappeler les enseignements du Coran. Dieu définit un musulman comme celui qui croit en son Livre, les livres descendus avant et en l’avenir. Le musulman est donc par définition intégrateur. Ça, c’est au niveau spirituel.Sur le plan pratique, combien sont-ils à se tuer ainsi? Pas beaucoup. Il faut mettre en place une force militaire internationale qui aille là-bas pour arrêter ces tueries, en disant tout simplement: «Vous êtes disqualifiés, vous n’êtes pas capables d’arrêter ces bains de sang, on s’en occupe».- Mais pourquoi cette force militaire internationale tarde-t-elle à aller là-bas?- Je pense qu’il y a une espèce de culpabilité occidentale à l’égard des Juifs, par rapport à l’Histoire. A tel point qu’on n’ose même plus dire la vérité au gouvernement israélien. Je conviens qu’il est difficile de répondre à cette question. Les raisons sont multiples et imbriquées.


Profil

Idrissa Seck est le numéro deux du Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation d’Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal. Il gravira, depuis son entrée au parti à l’âge de 15 ans, tous les échelons. Né à Thiès, ville dont il est l’actuel maire, Idrissa Seck est passé par l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC), l’Institut d’études politiques de Paris, ou encore l’Université de Princeton, aux Etats-Unis. Opérant dans le monde de la finance, il mène d’une main de fer sa carrière dans le secteur privé tout comme sa vie politique. Présent aux côtés de Viviane Wade, l’épouse du président sénégalais, il ne ratera aucune des Rencontres de Fès.-L’ancien Premier ministre du Sénégal a su retransmettre, par ses connaissances coraniques, les messages de trois religions et une seule humanité, dans la simplicité et parfois avec beaucoup d’humour. «Que les gens se souviennent que toutes les révélations se sont faites lors de voyages vers les montagnes. De la base vers le sommet, et non pas le contraire»-Propos recueillis par Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc