×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    2e interconnexion électrique Maroc-Espagne
    La pose du premier câble achevée

    Par L'Economiste | Edition N°:2161 Le 30/11/2005 | Partager

    . Le projet va coûter 115 millions d’euros. C’est l’unique liaison sous-marine entre deux continentsL’interconnexion des réseaux électriques marocain et espagnol vient de se renforcer. En effet, c’est hier mardi qu’a été finalisée la pose du 1er câble sous-marin relatif au projet de la 2e interconnexion entre les deux pays. Entamée le 24 novembre 2005 de l’autre côté du détroit de Gibraltar, la pose du câble s’est donc achevée hier à Tanger. Cette deuxième liaison sous-marine est établie entre les postes 400 kv de Melloussa (côté marocain) et Puerto de la Cruz (côté espagnol). Ce renforcement va permettre de faire passer la capacité physique de transit de l’électricité d’une puissance de 700 MW à 1.400 MW. En outre, la capacité d’échange commercial entre les deux pays sera portée de 400 à 1.000 MW. Le coût du projet, financé à parts égales par l’Office national de l’électricité (ONE) et l’espagnol Red Electrica, s’élève à 115 millions d’euros.Dans cette deuxième liaison, il est prévu la pose de trois câbles destinés au transport de l’énergie électrique et deux autres à 48 fibres optiques de 28 kilomètres de longueur. La nouvelle interconnexion reliera la station de Fardioua (à quelques kilomètres de Ksar Esghir dans le nord marocain) à Tarifa (Espagne). La mise en place de cette liaison a nécessité du côté marocain l’extension de la station de Fardioua, qui assure la jonction entre l’interconnexion sous-marine et le réseau électrique national. C’est la satisfaction auprès de l’ONE. Une satisfaction bien méritée, car la deuxième connexion va permettre au Maroc d’augmenter la fiabilité et la sécurité du réseau national et d’accroître les possibilités d’échange d’énergie électrique entre les deux pays. Ceci fera également du Royaume «un carrefour énergétique» entre les deux rives de la Méditerranée, tout en favorisant son ancrage dans un vaste marché euro-maghrébin de l’électricité, estime-t-on auprès de l’ONE.Il est à noter que le projet d’interconnexion sous-marine entre le Maroc et l’Espagne à travers le détroit de Gibraltar et entamé depuis 1998, respecte toutes les normes internationales de sauvegarde de l’environnement. Une étude d’impact avait été réalisée par l’ONE sur les sites de pose des câbles, en l’occurrence le milieu marin, les zones côtières et le milieu terrestre. Les conclusions de cette étude ont montré que l’interconnexion n’aura aucun impact négatif sur les milieux traversés.Il est à rappeler que la pose de deux autres câbles énergie débutera en janvier 2006 et qu’elle durera 20 jours. L’interconnexion, l’unique entre deux continents, sera opérationnelle en mai 2006.


    Durée de vie

    Les trois câbles de transport d’électricité et les deux câbles optiques de télécommunication à 48 fibres, seront posés à une profondeur de 620 mètres sur une longueur de 28 km. Les câbles ont été conçus pour être utilisés pour de très longues connexions transocéaniques. L’ONE a exigé que leur durée de vie soit d’au moins 50 ans.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc