×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sable de dragage: Rabbah jette un pavé dans la mare

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5851 Le 25/09/2020 | Partager
L’étude d’impact sur l’environnement validée par le Comité national

La polémique autour de l’exploitation du sable marin n’en finit pas d’enfler. Alors que les avis divergent au sujet de l’impact de la production du sable de dragage sur l’environnement, Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, est allé à contre-courant.

Dans un communiqué publié, mercredi 23 septembre, il affirme que la production du sable de dragage est régie par plusieurs législations, notamment la loi sur les études d’impact sur l’environnement, la loi sur le littoral et la loi relative aux carrières.

L’activité a été soumise, pour la première fois, à une étude d’impact. Travail qui a reçu, à la majorité des voix, l’aval du Comité national d’évaluation des études d’impact sur l’environnement, composé d’une vingtaine de membres représentants différents départements ministériels. Ce qui ne vaut pas pour autant renouvellement de l’autorisation d’exploitation qui relève des prérogatives du ministère de l’Equipement. Par ailleurs, au cas où des risques imprévus apparaîtraient après le démarrage de l’exploitation, le projet pourrait être suspendu en attendant de prendre les décisions qui s’imposent.

Le secteur du sable suscite aussi l’intérêt des représentants. En effet, à l’initiative du groupe parlementaire PPS, une commission exploratoire a été mise en place pour enquêter sur la production du sable de dunes et de dragage. Une décision attribuée à la polémique sur l’extraction du sable et son impact sur l’environnement, ses enjeux financiers et économiques, notamment les emplois, et le manque à gagner pour le Trésor en termes de recettes.

Cette commission exploratoire a tenu une réunion, mardi 22 septembre, pour débattre des premières conclusions. «Nous avons été surpris d’apprendre que le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement vient de diffuser un communiqué qui affirme que l’extraction du sable de dragage par l’opérateur unique n’a pas d’impact sur l’environnement», explique un membre de la commission. Or, ce constat est en contradiction avec les conclusions auxquelles sont arrivés d’autres départements ministériels, notamment le ministère de l’Agriculture et de la Pêche au sujet de l’impact sur le monde marin, tel que «la disparition de certaines espèces de poisson».

                                                                    

Les ministères concernés au Parlement

Devant les discordances des avis, la commission exploratoire de la première Chambre du Parlement a décidé de convoquer les ministères concernés (Environnement, Equipement, Agriculture et Pêche…) ainsi que l’Agence nationale des ports à participer à la réunion qui sera bientôt programmée pour décliner leur position sur les impacts réels de la production de sable. Une rencontre à laquelle les producteurs de sable souhaitent participer pour exprimer leur point de vue.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc