×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

RAM-AMPL: «Le plan social est irrévocable»

Par Amin RBOUB | Edition N°:5839 Le 09/09/2020 | Partager
Les pilotes brandissent la menace de grève
Le management n’a pas encore dit son dernier mot...

Le feuilleton RAM-AMPL promet encore plein de rebondissements. Dernier coup de théâtre, un référendum de l’Association des pilotes de ligne dont les résolutions portent essentiellement sur «une concession salariale» à travers la réduction des émoluments des pilotes à raison de 400 millions de DH, répartis sur trois ans. Ce qui implique l’annulation des licenciements économiques, la réintégration des pilotes remerciés ainsi que la reprise d’un dialogue «serein et apaisé» entre le management et les représentants des pilotes...

En cas de non-aboutissement de ces démarches qualifiées par les pilotes de «nécessaires et indispensables», ces derniers brandissent la menace de grève, avec «un préavis dans les délais fixés». En cas de rejet en bloc de leurs doléances, les pilotes menacent de passer à la vitesse supérieure: «La date serait ultérieurement fixée en fonction de l’évolution des événements et du contexte sanitaire national», avertit le bureau de l’AMPL.         

     Contacté par L’Economiste, le management de RAM précise: «Aucune décision n’a encore été prise». De sources proches de la compagnie, les instances dirigeantes ont pris acte et examiné l’ensemble des propositions. Mais a priori, tout porte à croire que les doléances de cette catégorie du personnel navigant, n’auront pas une suite favorable. «La décision du licenciement économique et des départs volontaires est définitive et irrévocable», précise la même source qui plus est proche du management.

D’abord, la compagnie ne peut faire machine arrière, puisque les chèques ont été décaissés en faveur des bénéficiaires des départs volontaires et du licenciement économique. Un montant global de 250 millions de DH a déjà été versé. Plus encore, il s’agit là d’une décision qui émane de l’Etat et qui transcende donc les dirigeants de la compagnie lesquels ne font qu’exécuter un plan social, «un dispositif légal», dicté par les pouvoirs publics.

«Les solutions adoptées sont définitives. Quand bien même les doléances des pilotes sont intéressantes, elles restent irréalistes et irréalisables compte tenu du contexte actuel et des difficultés de l’activité aérienne. L’enjeu majeur étant de sauver la compagnie en réduisant les effectifs pour alléger la masse salariale et les charges sociales», tient à préciser un cadre qui requiert l’anonymat.

Pour l’heure, le scénario de rejet en bloc de l’ensemble des doléances des pilotes reste fort probable. Sauf qu’une telle décision devrait ouvrir la porte à une série de grèves voire une crise sociale sans précédent. Or, la compagnie ne peut, dans le contexte actuel, faire les frais de perturbations dans ses programmes de vols, son plan de sauvetage ou encore son organisation.

                                                                           

Augmentation des fréquences?

L’annonce par la CGEM d’une procédure simplifiée pour l’entrée de professionnels et hommes d’affaires étrangers au Maroc donne des lueurs d’espoir en faveur de l’augmentation des fréquences de vols de RAM. En effet, la Confédération patronale a pu obtenir, auprès du ministère des Affaires étrangères, une autorisation spéciale pour la mise en place de procédures simplifiées en faveur de ce type de voyageurs professionnels. Théoriquement, cette décision, qui est entrée en vigueur depuis dimanche 6 septembre, plaide en faveur d’une hausse substantielle du nombre de passagers chez RAM. «Effectivement, la tendance devrait être à l’augmentation des fréquences... Mais pour le moment, c’est encore prématuré de faire un tel constat», tient à préciser le Service de Communication de la compagnie. «Les indicateurs n’ont pas encore évolué de façon significative», poursuit la même source. Et d’ajouter, la recrudescence des cas positifs (Covid) ces derniers jours pourrait aussi donner l’effet inverse....

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc