×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Industrie automobile: Le retour à la normale pas avant 2021

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5832 Le 31/08/2020 | Partager
Un potentiel de croissance en raison de la demande refoulée en 2020
Les plans de restructuration post-Covid bénéficieront au Maroc!

«Si le risque Covid-19 est maîtrisé cette année, il existe un potentiel de croissance en 2021 en raison de la demande refoulée tout au long de 2020». Ce sont en tout cas les pronostics de Fitch Solutions. C’est un fait: l’épidémie a incité consommateurs et entreprises à s’éloigner des dépenses en biens non essentiels, tels que les véhicules et le tourisme.

industrie-automobile-032.jpg

Le Maroc s’en tire plutôt bien concernant les principaux indicateurs des ventes automobiles en comparaison avec la moyenne dans les pays de la région Mena

Résultat: une baisse de l’ordre de 9,9% des ventes mondiales de véhicules en 2020 sur plusieurs grands marchés automobiles, (notamment en Chine, Japon, Corée du Sud, Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni et les Etats-Unis). De même, la propagation du virus continuera de provoquer des arrêts de production car elle perturbe les chaînes d’approvisionnement et les constructeurs automobiles choisissent de suspendre la production pour protéger les employés.

«Nous avons également vu des tentatives de la Chine de redémarrer la production après la levée du confinement dans les grandes villes que cela pourrait prendre plus de temps que prévu en raison de pénuries de main-d’œuvre et de matériaux qui retarderont le processus de reprise», soulignent les auteurs du rapport Fitch Solutions.

En conséquence, la production automobile mondiale sera sous pression tout au long de 2020, car les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et l’affaiblissement de la demande de véhicules entraîneront une baisse significative de la production.

Le Maroc n’échappera pas aux conséquences de la pandémie. «Pour 2020, nous maintenons notre prévision d’une forte contraction de la production automobile marocaine, tant domestique qu’externe», pronostique ce rapport.

emploi-automibile-032.jpg

Le Maroc se distingue avec le meilleur indice risque/rendement sur le coût de la main d’œuvre suivi par l’ Egypte, la Slovaquie et la Roumanie

Pour les ventes de véhicules de tourisme, la confiance fragile des consommateurs va impacter les dépenses sur des articles jugés «coûteux» (comme une nouvelle voiture) au cours des prochains mois. Il en sera de même pour les véhicules utilitaires.
«Pour l’instant, nous prévoyons provisoirement une croissance de 5,2% du secteur en 2021», précise le rapport Fitch Solutions.

Le Maroc bénéficiera toutefois des efforts de restructuration des fabricants d’équipement d’origine (OEM) qui cherchent à réduire leur dépendance vis-à-vis de la fabrication chinoise et à raccourcir leurs chaînes d’approvisionnement en transférant ou en délocalisant certains de leurs composants.

                                                                    

Analyse Swot

forces-032.jpg

• Le Maroc possède la plus grande capacité de production de véhicules en Afrique du Nord et devient un producteur mondial de véhicules de plus en plus important.
• Le marché du travail est compétitif et attractif pour les constructeurs automobiles.
• Le Maroc est bien situé pour les exportations vers l’Europe.
• Forte demande de marques généralistes en volume, avec une demande croissante de fabricants haut de gamme.
• Des constructeurs automobiles étrangers de renom sont  présents sur le marché.

faiblesse-032.jpg

• 2020 sera une année difficile pour les concessionnaires automobiles
• Les ventes de véhicules neufs ont chuté de plus de 6% en 2019.
• Le segment des véhicules électriques n’en est qu’à ses débuts.
• La possession de véhicules neufs reste hors de portée pour la plupart des Marocains.

 

menaces-032.jpg

• Si une «2e vague» d’infections à Covid-19 se produisait, entraînant un retour au confinement, alors le ralentissement économique en cours pourrait se prolonger jusqu’en 2021.
• Les troubles politiques pourraient détourner les décideurs de la réforme économique.
• La congestion croissante de la circulation, la hausse des coûts de fonctionnement et le manque de places de stationnement limitent la demande.

opportunite-032.jpg

 • L’environnement opérationnel relativement attractif du Maroc, sa proximité et ses liens commerciaux avec l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient devraient lui permettre de bénéficier d’une réallocation des ressources de production automobile après le marasme de Covid-19.
• Le Maroc pourra bénéficier de la restructuration de Renault et PSA car l’industrie automobile du pays est dominée par ces 2 constructeurs et leurs chaînes d’approvisionnement sont déjà bien développées dans le pays.
• Les faibles niveaux de possession de véhicules et la hausse des revenus créent un potentiel de hausse significative des ventes au cours de la prochaine décennie.
• Le renouvellement du système de subvention des taxis stimulera la demande pour les véhicules de tourisme.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc