×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Le Cercle des Experts

Modernisons la communication entre citoyens et responsables

Par Abdelkrim BENNANI | Edition N°:5826 Le 19/08/2020 | Partager

Ancien secrétaire privé de feu Hassan II, Abdelkrim Bennani vient d’être réélu à la tête de l’association Ribat Al Fath, dont il est le co-fondateur. Cette association, créée en 1986, fait référence. Depuis elle organise régulièrement des colloques sur les points chauds (l’égalité femme-homme en 2019, par exemple) et des actions de secours. Elle est active dans l’écologie de la région de Rabat. D’autres associations constituées à la même époque, pour favoriser le développement démocratique, ont cessé leurs activités depuis longtemps. Abdelkrim Bennani est aussi impliqué personnellement dans le développement de l’accès à l’art pour tous (Ph. DR)

Un excellent article du journal L’Economiste du 7 août courant nous informe qu’un plan de sauvegarde pour la Kasbah des Oudayas préparé par l’Agence du Bouregreg est actuellement en phase d’enquête publique et qu’un document figure parmi les engagements de la ville de Rabat envers l’Unesco.

Nous, l’association Ribat Al Fath, avons appris lors de la réunion du 14 juillet dernier, présidée par le wali (provoquée suite à notre protestation énergique contre la démolition du Café maure), qu’aucune indication ne nous a été fournie quant à la consistance de ce plan, ni pendant ni après la réunion.

Black-out administratif

Nos deux associations, Ribat Al Fath et Salé Mémoire, ont publié un communiqué, puis décidé de mettre en place des commissions de travail. Y seront représentés l’administration territoriale, les acteurs en charge des réalisations (Rabat région aménagement, Agence du Bouregreg...), les deux associations citées ainsi que toute personne-ressource à la fois pour analyser les projets et émettre des observations et des avis.

Plus que cela, l’article de L’Economiste nous apprend que l’enquête est en cours et que le document est consultable au siège de la commune de Rabat et à celui de l’arrondissement d’Hassan, que le délai de remise des avis est prolongé au 15 août au lieu du 5 juillet. Autant d’éléments qui ne nous ont pas été communiqués le 14 juillet 2020. Soulignons aussi qu’aucune communication n’a été faite pour informer le public.

Il faut être devin, à l’ère de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information (dont l’administration est suffisamment bien dotée), pour se déplacer aux lieux-dits et consulter les dossiers - et dans quelles conditions!

cafe-des-oudayas-026.jpg

Carte postale, date inconnue. Le célèbre et si typique Café maure de Rabat n’est pas très ancien. Au plus, dit-on, le début du XXe siècle. Les escaliers donnent sur le jardin andalou, longtemps abandonné, restauré récemment. Le public ne sait pas qu’il y a aussi un fort, d’où le nom de Kasbah, surplombant l’ensemble. Mais impossible d’y accéder… Le gardien n’est pas souvent là

Trois actions toutes simples

Dépassons tout cela: est-il normal qu’en 4 à 6 jours on soit capable d’analyser et étudier un dossier de cette importance - puisqu’il s’agit d’un patrimoine vieux de plusieurs siècles - et émettre des analyses et observations sensées? Alors que l’outil informatique instantané existe, alors que des organes de consultation préalable et de suivi sont fixés.

Devant cette situation, l’association Ribat Al Fath émet de nouveau sa consternation et sa déception quant aux engagements pris et invite les responsables à:

- reporter la date du 15 août et nous donner suffisamment de temps pour étudier sérieusement ce dossier. La restauration d’un patrimoine nécessite beaucoup de connaissances et de recherches et ne peut en aucun cas souffrir l’idée du «délai»;
- mettre en place d’urgence les comités de travail mixtes et communément décidés;
- réfléchir et mettre en place un système de communication moderne en modernisant l’actuel système devenu obsolète et dépassé.
Ribat Al Fath reste soucieuse d’un travail mené correctement et scientifiquement dans un esprit ouvert, constructif et collectif.

cafe-des-oudayas-restauration-026.jpg

Le crève-cœur de la démolition de ce lieu célébrissime, classé par l’Unesco. La wilaya promet une reconstruction dans le respect du patrimoine. Deux puissantes associations, Ribat Al Fath et Salé Mémoire ont réussi à entrer dans le processus, pour en suivre la rigueur. Un pas dans les rapports entre administration et administrés (Ph. DR)

---------------------------------------------------------

N.B. Les intertitres et les légendes sont de la rédaction de L’Economiste.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc