×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Santé

Pourquoi la santé consomme la moitié du budget familial!

Par Faiçal FAQUIHI | Le 26/06/2020 | Partager
. Une législation «inappropriée et dépassée» et un marché «étroit»
Ministère de la Santé: Une régulation inefficace
Consommation: Les génériques peinent encore à percer
medecin_travail_ne_1.jpg
 

Le Conseil de la concurrence se prononce sur le secteur des médicaments "Lire Les boulets anticoncurrentiels du marché des médicaments". Il a adopté à l’unanimité, le 25 juin 2020 à Rabat, le projet d’avis relatif à la situation du marché du médicament. Il est question «d’un diagnostic sans équivoque» qui a conclu à «l’existence de dysfonctionnements» d’un marché «très administré et très réglementé». La législation qui régie ce secteur est qualifiée «d’inappropriée et dépassée».

La concurrence est «fortement impactée par une politique pharmaceutique fragmentée et incohérente», selon le régulateur. La gouvernance du secteur passe ainsi au crible: «Elle est inefficace largement dominée par une tutelle administrative, réglementaire, technique et médicale». Cet état des lieux «laisse peu de place au développement des mécanismes de marché et d’une concurrence saine et loyale». Le secteur reste «dominé par les médicaments princeps». Ces derniers sont produits et commercialisés par les firmes pharmaceutiques. C’est eux les détenteurs des brevets d’invention et accordent des licences éventuellement.

Quant aux médicaments génériques, ils pénètrent «faiblement le marché» avec un taux de 40%. Il est inférieur à la moyenne mondiale qui se situe aux alentours de 60%. La consommation des médicaments a été également soulevée. Elle est jugée «faible» par rapport à celle de l’Europe: 450 dirhams par hab/an au Maroc contre 3000 dans le Vieux continent. Cette disparité traduit une grande disparité du «déficit d’accès» aux soins. Il est permis d’adopter une autre interprétation de cette statistique: «les Marocains sont en meilleurs santé!» Ne nous voilons pas la face. La qualité des soins, la disponibilité de l’infrastructure médicale notamment territoriale, la couverture sociale, l’espérance de vie et le pouvoir d’achat sont supérieurs en Europe.

A cela s’ajoute la participation «élevée» des ménages aux dépenses de santé. Elle est aux alentours de 48% comparativement à la moyenne mondiale qui est de 25%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc