×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

«L’état d’urgence est toujours en vigueur»

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5775 Le 04/06/2020 | Partager
La reprise d’activités ne signifie pas sa levée, précise le ministre de l’Intérieur
Promotion de l’application Wiqaytna
Plus de 91.000 personnes poursuivies

Devant les parlementaires de la Chambre des conseillers, le ministre de l’Intérieur a été formel: «l’état d’urgence sanitaire est toujours en vigueur jusqu’au 10 juin prochain, conformément à la loi». Abdelouafi Laftit a profité des questions orales de mardi pour remettre les pendules à l’heure: «Il est hors de question d’interpréter la reprise d’activités dans certains secteurs comme une levée de l’état d’urgence».

Dans cette entreprise de clarification, le ministre de l’Intérieur a précisé une chose importante: «personne n’a demandé aux chantiers de construction d’arrêter leurs activités. Encore moins pour les usines qui ont décidé, dans un contexte de peur, de fermer leurs portes ».

Il a également abordé les commissions provinciales chargées du contrôle des unités commerciales et industrielles. Elles ont procédé à l’inspection de 4.122 structures. Il s’agissait de vérifier le degré d’application des mesures barrières. Les contrevenants ont été invités à se conformer au dispositif prudentiel.

etat-durgence-075.jpg

Pour le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, «il est hors de question d’interpréter la reprise d’activités dans certains secteurs comme une levée de l’état d’urgence» (Ph. Jarfi)

■ Tests massifs dans les unités commerciales et industrielles: Pour contrecarrer la propagation de la pandémie, les autorités locales ont supervisé les tests du personnel dans les unités industrielles et les grandes surfaces commerciales. A cela s’ajoutent notamment les gardiens et les prisonniers, le personnel des halls de poissons, des marchés de gros des fruits et légumes, des abattoirs et des stations de services. Le ministre a fourni aux parlementaires des chiffres au 1er juin. En effet, en vue de s’assurer de l’absence de contamination, 115.000 personnes ont été soumises aux tests Covid-19, particulièrement celles qui travaillent dans 2.810 unités commerciales et industrielles. Il en va de même pour 34.240 chauffeurs de taxis, répartis sur 11 provinces. En outre, au 28 mai dernier, 9.213 échantillons ont été prélevés sur les fonctionnaires et les détenus des établissements pénitentiaires.

■ Application pour le suivi des personnes-contacts: Abdelouafi Laftit n’a pas oublié d’aborder le «lancement de l’application téléphonique pour informer de l’éventualité d’une contamination au virus», sous le nom de Wiqaytna, en coordination entre les ministères de l’Intérieur et de la Santé. Cette application s’inscrit dans le cadre d’une large campagne de sensibilisation au renforcement du système actuel de suivi et de prise en charge des personnes contacts. Le ministre de l’Intérieur a profité de cette occasion pour  inviter les citoyens à réagir positivement avec cette initiative. Et cela à travers le téléchargement de cette application qui permettra de disposer d’un canal supplémentaire pour fixer et suivre les personnes contacts et d’aider à prendre les bonnes décisions pour contenir la propagation de la pandémie.

■ Poursuites judiciaires contre 91.623 personnes: L’Etat s’est montré ferme avec toute tentative de semer la confusion et de violer les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Le bilan des contrôles sécuritaires a fait ressortir l’activation de poursuites judiciaires contre 91.623 personnes. Motif: violation de l’état d’urgence sanitaire ou commission d’autres délits, sachant que le nombre de personnes en détention provisoire n’a pas dépassé 4.000 contrevenants, précise le ministre. Selon lui, les arrestations ont été motivées par de multiples causes dues notamment à la présence dans les lieux publics en dehors des situations autorisées et le non port de masques de protection. A cela s’ajoutent les personnes ayant commis des actes qualifiés de dangereux comme la violence contre les autorités locales et les forces publiques. Le ministère de l’Intérieur a comptabilisé 179 agressions contre 181 personnes.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc