×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Assurances: Les courtiers attendent de nouvelles aides

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5765 Le 20/05/2020 | Partager
Des prêts à taux zéro
Automobile: la profession refuse toute baisse de commission
farid-bensaid-065.jpg

Farid Bensaid, président de la fédération nationale des courtiers d'assurances: «nous ne sommes pas sûrs d’être éligibles à l’indemnité Covid-19» (Ph. Privée)

Entre les courtiers et les assureurs les discussions ne sont pas encore terminées. Les compagnies d'assurance ont annoncé une panoplie de mesures ces dernières semaines mais celles consenties jusque-là au profit des intermédiaires sont jugées insuffisantes par ces derniers. Ils demandent des prêts à taux d’intérêt zéro voire, des subventions directes.

«Les mesures de soutien sous forme de prêts consentis par les assureurs ne concernent que les intermédiaires de petite taille en difficulté. Le crédit à un taux d’intérêt de 2% ne règle pas le problème de la baisse du chiffre d’affaires et des charges supplémentaires occasionnées par les mesures de sécurité», souligne Farid Bensaid, président de la Fédération des agents et courtiers d’assurance (Fnacam).

Avec le confinement, le secteur des assurances a annoncé début du mois d’avril des prêts en faveur des courtiers  qui réalisent un chiffre d’affaires en commissions inférieur à 1 million de DH HT. Destinés à couvrir les charges d’exploitation durant la période de la pandémie, ils sont plafonnés à 100.000 DH. Le taux d'intérêt appliqué est de 2% hors taxes. Ces prêts sont assortis d’un différé de 12 mois.

Une fois ce différé passé, le cabinet bénéficiaire aura le choix soit de rembourser l’intégralité du montant en un seul versement, soit de régler par des échéances mensuelles sur 12 mois. Pas suffisant, estime la fédération des courtiers d'assurance.  Les cabinets sont confrontés à la baisse des fréquentations, au non renouvellement des contrats et au problème de recouvrement. Le tout sans compter les mesures liées à la sécurité qui entraînent des coûts supplémentaires. 

Pour la Fnacam, plusieurs courtiers se retrouvent dans une situation délicate, certains auraient enregistré plus de  50% de baisse de chiffre d’affaires. Ces PME pourraient normalement bénéficier de l’indemnité Covid-19 servie par la CNSS mais elles craignent de se retrouver sur la liste négative. «Nous ne sommes pas sûrs de bénéficier de cette indemnité, pourtant notre activité est en difficulté», s'étonne Bensaid. 

Le président de la Fnacam met également en garde contre «une réduction de la commission suite à la baisse des primes automobile.  Un tel scénario serait très grave. Nous avons également des impayés sur lesquels des discussions techniques sont en cours avec la fédération des assurances. Nous souhaitons une souplesse qui ne handicape ni les intermédiaires, ni les assurés».

Les compagnies d’assurance ont annoncé une baisse de la prime auto lors du renouvellement des contrats à partir du 1er juin. Leurs clients disposant d’une assurance automobile vont bénéficier d’un rabais pouvant atteindre 30% de la portion de prime RC et garanties annexes couvrant les deux mois de confinement.

«C’est un  calcul d’actuaire. La réduction de 30% sur deux mois de confinement équivaut à près de 5% sur un contrat annuel. C’est un calcul en fonction de la sinistralité. Or le courtage n’a pas de gains de sinistralité», indique le président de la Fnacam.

K. M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc