×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le chômage repasse au-dessus des 10%

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5757 Le 08/05/2020 | Partager
1,3 million de personnes sans emploi au 1er trimestre
Hémorragie dans l’agriculture: 134.000 postes perdus
Léger sursaut du taux d’activité

La hausse du taux de chômage à 10,5% au premier trimestre contre 9,1% l’année dernière n’est pas à mettre sur le dos du coronavirus. L’impact de la pandémie sur le marché de l’emploi n’est pas mesuré pour l’instant puisque les aides publiques ont permis aux entreprises de mettre une partie ou la totalité de leurs effectifs en arrêt temporaire du travail en attendant la reprise. Ces salariés sont donc toujours liés à l’entreprise puisque le contrat de travail est juste suspendu.

jeunes-chomage-057.jpg

Les taux de chômage les plus élevés sont relevés, en particulier, parmi les femmes, les jeunes âgés de 15 à 24 ans et les diplômés

A fin mars, la population active en chômage atteint 1,29 million de personnes,  en augmentation de 19,1%. Le chômage reste un phénomène essentiellement urbain: 15,1% en ville contre 3,9% à la campagne.  

Les jeunes, les femmes et les diplômés sont les catégories qui sont les plus affectées par le chômage.  Le taux des femmes à la recherche d’un emploi s’élève à 14,3% contre 9,3% pour les hommes. A 26,8% chez les 15-24 ans, le chômage est plus de deux fois et demi la moyenne nationale. Il est également très haut chez les 25-35 ans, à  17,7% et autant chez les diplômés, à 17,8%.

La moitié des chômeurs est constituée de primo-demandeurs: 44,4% parmi les hommes et 63% parmi les femmes. Les statistiques du haut commissariat au Plan relèvent aussi que plus de six chômeurs sur dix sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’une année ! L’augmentation continue du chômage de longue durée est un vrai motif d’inquiétude car plus le temps passe, plus une partie de ces demandeurs d’emploi perdent leur employabilité.

Ce premier trimestre se caractérise par des pertes d’emplois importantes dans l’agriculture impactée par la sécheresse et dans une moindre mesure dans les BTP. Ainsi dans l’agriculture, forêt et pêche, 134.000 postes sont détruits: 104.000 en milieu rural et 30.000 en milieu urbain. Ce qui correspond, selon le HCP,  à une baisse de 3,6% du volume d’emploi dans ce secteur.

Les BTP, qui depuis quelques années ont du mal à se relever, comptent 1.000 postes en moins: ceux créés dans le rural, 25.000, n’arrivent pas à compenser les pertes dans le milieu urbain (26.000 postes).  
Sur le registre des créations, les services ont maintenu le cap avec un volume d’emploi en progression de 192.000 postes au niveau national: 119.000 dans les villes et 73.000 dans les campagnes.

chomage-regions-057.jpg

L’Oriental et les régions du sud sont à des niveaux de chômage qui dépassent la moyenne nationale de plusieurs points

L’industrie y compris l’artisanat a assuré 23.000 emplois dont 20.000 dans les villes. Le volume d’emploi dans ce secteur s’est accru de 1,8%.  Au total, l’économie a créé 77.000 emplois nets durant un trimestre où la croissance du PIB n’a pas dépassé 0,7%. 

Le volume global d’emploi s’est établi à 10,9 millions de personnes à fin mars contre 10,8 millions à la même période de l’année dernière. Le taux d’emploi a reculé de 0,3 point au niveau national passant de 41,5% à 41,2%.

Le premier trimestre est également marqué par une hausse du taux d’activité. Une bonne nouvelle puisque cet indicateur a connu une dégradation continue au cours des dernières années car découragées plusieurs personnes préféraient quitter le marché du travail. Le taux d’activité s’est établi à 46% contre 45,7% à fin mars 2019. La population active âgée de 15 ans et plus a augmenté de 2,4% au niveau national s’établissant à 12,24 millions de personnes.

Par ailleurs, la population active occupée en situation de sous-emploi liée au nombre d’heures travaillées a progressé de 0,5 point s’établissant ainsi à 4,1%. De son côté la population active occupée en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi a baissé de 1,3 point.  Le taux de sous-emploi a ainsi reculé à 8,8% au niveau national. Le sous emploi touche 954.000 personnes.

Khadija MASMOUDI

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc