×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Casablanca: Les déchets de chantier dans le collimateur

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5743 Le 17/04/2020 | Partager
La prochaine étape est la verbalisation par la police administrative
Les contrevenants s’exposent à des amendes allant de 200 à 10.000 DH!

La commune urbaine de Casablanca profite du confinement pour faire le grand ménage. Après le lavage et la désinfection des voiries, la destruction de plusieurs dizaines de marchés informels, c’est au tour des déchets inertes du BTP. Les autorités locales lancent une campagne d’élimination des déchets issus des nombreux chantiers BTP à Casablanca.

dechets-de-chantier-043.jpg

Il est courant de voir, dans la périphérie de nos villes, des décors chaotiques constitués d’amoncellement de déchets de matériaux de construction et de démolition, communément appelés «DCD» par les professionnels (Ph. F. Al Nasser)

Ces rebuts de construction et de démolition jonchent tous les terrains vagues de la ville. Il s’agit de déchets non dangereux issus de l’activité BTP (carrelage, briques, ciment, remblais, gravats, verre...). Ils ne sont pas inclus dans le périmètre du contrat de gestion déléguée de la propreté, qui se limite aux ordures ménagères et déchets verts. Les anciens délégataires étaient accusés par la commune d’utiliser les gravats pour tricher sur les tonnages de la collecte.

Mais aujourd’hui, les autorités locales souhaitent s’en débarrasser avec le concours de la SDL Casa Baia et des délégataires de la collecte des ordures (Averda et Derichebourg). Ces déchets seront enfouis sur le site de la décharge de Médiouna. Pour sa part, la police administrative communale sera mise à contribution pour éliminer les principaux points noirs à Casablanca.

La prochaine étape étant de verbaliser les contrevenants, qui s’exposent à des amendes allant de 200 à 10.000 DH). Une série de mesures seront prises dans ce sens. A commencer par la sensibilisation des propriétaires de terrains nus, assujettis à la taxe sur terrains non bâtis.

En application de l’article 210 de l’arrêté communal n°19 (en date du 12 septembre 2018), ces derniers devront installer des clôtures et veiller sur la propreté du site. De même, au moment de l’obtention des autorisations d’urbanisme, auprès de la plateforme numérique Casa-Urba, les promoteurs immobiliers seront tenus de produire un contrat conclu avec une entreprise spécialisée dans la collecte des déchets inertes. Ces derniers devront également présenter un engagement écrit stipulant qu’ils vont déposer les déchets inertes issus du chantier à la décharge de Médiouna.   

L’agriculture et le BTP sont de loin les principaux producteurs de déchets dans la région Casa-Settat. Au niveau national, le gisement des déchets de construction et de démolition est estimé à près de 42 millions de tonnes/an. Les détritus des BTP, représentent l’écrasante majorité (88%), selon le Secrétariat d’état chargé du Développement durable.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc