×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Parlement: Priorité à la lutte anti-Covid-19

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5739 Le 13/04/2020 | Partager
Les deux Chambres adaptent leur organisation
Les textes soumis durant la période d’intersessions seront examinés en premier
El Othmani chez les députés aujourd’hui lundi

C’est parti pour la session parlementaire d’avril. Après la séance plénière d’ouverture, les membres des deux Chambres se re­mettent au travail dès aujourd’hui, lundi 13 avril.

Habib El Malki et Hakim Benchamach, respective­ment présidents de la Chambre des représentants et des conseillers, se sont accordés à dire qu’en dépit du contexte exceptionnel de cette rentrée, les parlementaires vont poursuivre leur rôle de contrôle de l’action du gouvernement, qui sera «renforcé davantage», selon Benchamach.

parlement-lutte-covid-19.jpg

Les présidents des deux Chambres ont appelé les parlementaires à être vigilants pour éviter les risques de propagation du virus. Par exemple, le niveau de participation des groupes sera réduit dans les séances plénières mais aussi en Commission (Ph. Bziouat )

Ce lundi, Saâded­dine El Othmani est attendu à la Chambre des représentants, dans le cadre de la séance mensuelle des questions de politiques publiques. Deux questions sont programmées. La majorité a sollicité le chef du gouvernement pour faire le point sur le dispositif médical pour faire face à la pandémie du coronavirus.

Les groupes de l’opposition, de leur côté, vont interpeller le chef du gouvernement sur les mesures déployées pour atténuer l’impact de cette crise sur l’économie natio­nale. El Othmani devra également répondre à ces interrogations lors de la séance plénière programmée à la Chambre des conseillers, le 23 avril prochain. La gestion de la pan­démie et de ses implications sera au centre des séances hebdomadaires des questions orales.

Celles-ci seront réorganisées pour prendre en compte les impé­ratifs de cette crise. La priorité sera donnée aux secteurs directement liés à la lutte contre le Covid-19. Chaque groupe parlementaire aura droit à une question autour des thèmes centraux qui seront définis (cf. www.leconomiste.com/archive).

En plus du contrôle du gouver­nement, les deux Chambres du Par­lement vont également «poursuivre la mise en oeuvre du programme de législation, avec l’examen des pro­jets et propositions de loi soumis, particulièrement ceux transférés durant la période intersessions», a souligné Habib El Malki. Il s’agit notamment des textes portant ap­probation des décrets-lois sur l’état d’urgence sanitaire et sur le dépasse­ment du plafond des emprunts exté­rieurs.

El Malki a également précisé que la priorité sera aussi donnée aux projets de loi qui seront trans­férés à la Chambre durant cette ses­sion, particulièrement ceux liés à la lutte contre les effets du Covid-19. L’action des parlementaires doit, néanmoins, prendre en compte les exigences de prévention pour limiter la propagation du virus.

D’où «l’im­portance de l’organisation des tra­vaux de la Chambre, que ce soit en matière de présence des députés ou en matière de contenu des débats, en conformité avec ce contexte particu­lier», selon El Malki. Même son de cloche chez Hakim Benchamach. Le président de la 2e Chambre a appelé les conseillers à «être vigilants pen­dant l’exercice de leurs fonctions».

Si les groupes parlementaires de l’opposition attendent de pied ferme le gouvernement, particulièrement pour l’examen de certains textes comme celui sur le dépassement du plafond des emprunts extérieurs, ayant suscité des tensions lors de sa présentation en Commission, les présidents des deux Chambres plaident pour l’apaisement. Il est «important de mettre de côté les divergences et la compétition poli­tique, et de reporter l’évaluation jusqu’à la fin de cette crise», ont-ils estimé.

Stand-by

Si le focus sera mis durant cette session sur les textes relatifs à la lutte contre cette pandémie, d’autres projets restent en stand-by. Par exemple, «la propagation de la pandémie du coronavirus a entravé l’examen du projet de loi 72.18 relatif au système de ciblage des bénéficiaire des programmes d’appui social et portant création de l’agence nationale des registres», a souligné Hakim Benchamach. Idem pour le projet de loi relatif à la réorganisation de la Fondation Hassan II des oeuvres sociales des agents d’autorité relevant du mi­nistère de l’Intérieur, et celui sur la Fondation des oeuvres sociales des fonctionnaires de la Direction générale de la protection civile. L’examen d’autres projets stratégiques est également suspendu. Il s’agit essentiellement de textes comme celui de la réforme du code pénal, qui traîne au Parlement depuis 2016.

M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc