×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Centres d’appels: Le syndicat monte au créneau

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5734 Le 06/04/2020 | Partager
Les représentants des salariés se disent écartés de toutes les prises de décision
Télétravail, congés sans solde, prime de risque… des questions en suspens
centre-dappels-034.jpg
«Quand on rentre dans des conflits, on ne s’en sort jamais indemne!», prévient l’unique Fédération représentant les salariés, assurant être la première à souhaiter préserver les 80.000 emplois du secteur (Ph. L’Economiste)

Depuis le déclenchement de la crise du Covid-19, les centres d’appels ont été nombreux à prendre des mesures urgentes: Télétravail, hygiène renforcée, mesure de la température des salariés, respect des distances de sécurité entre agents, postes de travail nominatifs… Certains ont même acheté des milliers d’ordinateurs pour le travail à distance.

«Tout cela est bien beau, mais quid des représentants des salariés? Ces initiatives ont été prises de manière unilatérale. Nous n’avons pas du tout été consultés. Or, il s’agit d’une obligation légale. D’autant plus que nous siégeons dans les comités d’hygiène et de sécurité au travail», relève Ayoub Saoud, secrétaire général de la Fédération nationale des employés et cadres de centres d’appels et des métiers de l’offshoring (UMT).

La fédération est pour l’heure l’unique représentant des salariés du secteur. «Même les filiales de multinationales ne nous ont pas consultés, alors que les maisons mères ont négocié avec les syndicats dans les pays d’origine», fustige Saoud.

La Fédération ne nie pas la nécessité de trouver des solutions pour permettre aux entreprises d’assurer leur survie et de préserver leurs emplois. «Mais pas question que cela se fasse au détriment d’une seule partie».

«Le télétravail, par exemple, n’est pas réglementé au Maroc. Il faut que ça passe par un consensus, et donc par des négociations avec les représentants des salariés», insiste le SG de la fédération, qui déplore que certains agents soient obligés de travailler avec leurs propres ordinateurs, leurs propres connexions internet…

Par ailleurs, les salariés sont de plus en plus sous pression. Ceux qui, par exemple, ont épuisé leur reliquat de congé ont été contraints de prendre des congés sans solde, voire de gratter par anticipation sur leur congé de 2021.

Les collaborateurs n’ont, en outre, pas eu droit à des primes de télétravail ou de risque (pour les personnes continuant à se déplacer au bureau), à l’instar d’autres pays. «Nous pouvons trouver ensemble des solutions, mais au préalable, un dialogue social est indispensable», souligne Ayoub Saoud.

Ahlam NAZIH

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    red[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc