×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Ex-Cotef: Tour de vis sur les conditions d’octroi des lots

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5707 Le 27/02/2020 | Partager
Objectif: lutter contre les ambitions spéculatives
Favoriser l’investissement et la création d’emplois
Des Chinois lorgnent déjà sur le terrain
ex-cotef-007.jpg

Qualifiée de bijou, la ZI de l’ex-Cotef connaît un véritable engouement. Toutefois, des voix s’élèvent pour éviter les ambitions spéculatives et les erreurs du passé. Pour rappel, des industriels avaient mis la main sur des lots dans la ZI de l’ex-Cotef avant de les louer à des multinationales (Ph. YSA)

La Commission régionale unifiée de l’investissement (CRUI) de Fès-Meknès devrait se réunir, ce jeudi 27 février 2020, pour trancher sur les nouvelles demandes d’octroi de terrains dans la zone industrielle (ZI) de l’ex-Cotef. Au menu de la réunion bimensuelle présidée par le wali figure également l’examen des dossiers d’investissements dans les autres provinces.

Un exercice qui se déroule depuis la révision des statuts des CRI en présence notamment des responsables élus, CCIS, CGEM, et banques. L’objectif étant d’avoir de multiples opinions avant d’approuver, ajourner ou refuser tout projet.

En ce sens, l’octroi des lots de terrains de l’ex-Cotef, à titre d’exemple, se fait selon un système de notation qui prend en considération l’investissement prévisionnel, le nombre d’emplois à créer, ainsi que le délai de mise en œuvre du projet. Pour ce dernier volet, le wali Saïd Zniber est catégorique. «Il insiste sur la viabilité des projets étudiés, leur impact sur l’environnement, leur valeur ajoutée pour la région ainsi que les postes d’emploi prévus», rapporte notre source.

«Trois sociétés chinoises ont postulé pour des terrains de plus de 20.000 m2, mais seul un investisseur a été retenu lors de la commission du 7 février», confie-t-elle. Ainsi, pas moins de 13 demandes ont été examinées lors de la dernière réunion. Les porteurs de projets prévoient d’y investir entre 4,5 et 140 millions de DH.

En matière d’emplois, les projets proposés tablent sur la création de 500  à 800 postes selon les secteurs d’activité assez variés (unité de moulage de produits plastiques, confection, simili cuir, conditionnements de fruits secs, trempe du verre plat…). Ceci étant, des voix s’élèvent demandant la lutte contre la spéculation dans les ZI, au nombre de cinq. Car, malgré la vigilance des autorités, l’expérience de la ZI d’Aïn Chkef a montré la limite des verrous.

En fait, des «industriels» et autres avaient bel et bien déposé des dossiers d’investissements, mais ceci ne les a pas empêchés de spéculer. D’autres ont construit des unités qu’ils ont louées par la suite à des multinationales. Et finalement, les terrains censés encourager les initiatives «font l'objet d'une spéculation abusive qui annule leur avantage».

Pourtant, les bénéficiaires de terrains sont tenus de respecter les prescriptions contenues dans le cahier des charges et notamment celles relatives au délai de réalisation de l'investissement. Des conditions qui ne sont jamais respectées. Faute de quoi, il faut leur retirer les terrains pour servir les «vrais industriels». Signalons que les ZI de Fès ne sont valorisées qu’à hauteur de 60%.

Encore faudrait-il comptabiliser (ou pas) les unités servant comme dépôts de stockage ou celles inactives? Pour ce qui est de l’ex-Cotef, les observateurs invitent la CRUI d’éviter les erreurs du passé. «Il faut faire attention à ces opérateurs qui ont des difficultés au niveau de leurs unités et postulent pour des extensions ou un transfert d’activité… Car leurs ambitions cachées sont purement spéculatives», alertent des observateurs.

Et de poursuivre: «Les transferts d’activité ne favoriseraient pas la création de nouveaux emplois». En outre, il faut encourager les investissements créateurs de richesse et de valeur ajoutée. En attendant, la CRUI a déjà statué sur 8 projets à fort impact socioéconomique pour un investissement prévisionnel de 213 millions de DH permettant de créer 1.560 emplois. Selon les statistiques du CRI, les deux filières les plus représentées sont l’industrie textile et cuir avec 44% et l’industrie chimique et parachimique avec 31%.

«Suite à l’appel à projets lancé en octobre dernier, dix-neuf demandes ont été déposées pour un investissement global de 270 millions de DH permettant la création de 1.945 nouveaux emplois», explique-t-on auprès du CRI. Et d’ajouter: «Les lots de terrains mis à la disposition des industriels sont soumis à un CPS. Ils sont dans un premier lieu “locatifs” et réservés aux industries non polluantes».

A l’ex-Cotef, les travaux d’aménagement de société Alstom avancent à grands pas. La filiale marocaine du câbleur français compte investir 40 millions de DH pour la mise en place d’une 2e unité industrielle à Fès. Rappelons enfin que cet investissement qui sera établi sur 3 hectares va permettre la création de plus de 330 emplois à l’horizon 2023 tout en gardant les 420 emplois existants.

Transparence

Les conditions d’attribution des lots de terrains de l’ex-Cotef se veulent transparentes. Ainsi, les porteurs de projets sont conviés aux travaux de la CRUI pour défendre leur dossier. Parmi les conditions d’évaluation figurent également la création de nouvelles entreprises avec une possibilité d’extension en cas de création de nouveaux emplois. Dans une première phase, cette opération concerne une vingtaine de lots dont la superficie varie entre 1.615 et 2.690 m². A noter que la CRUI se fixe comme objectif d’assurer une objectivité dans l’opération d’attribution des lots, de privilégier les projets générant le plus d’emplois et mobilisant le montant d’investissement le plus important dans les filières industrielles à forte valeur ajoutée, bénéficiant d’une rentabilité maximale en matière d’emplois générés par mètre carré et réduisant les superficies non valorisées en matière d’emplois et d’investissements comme celles exploitées en entrepôts.

Y.S.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc