×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5679 Le 20/01/2020 | Partager

    ■ Banques/Coûts: Ce que recommande S&P Global Ratings
    Les banques européennes (et particulièrement françaises) devront accélérer la réduction de leurs coûts en 2020, a estimé l'agence de notation S&P Global Ratings. Il s’agit d’une nécessité pour préserver leur rentabilité éprouvée notamment par l'environnement de taux bas durable. «Les grandes banques seront amenées à adopter cette stratégie et le plus important sera le rythme de ces changements. Les taux bas rendant ces ajustements plus pressants», a indiqué Nicolas Malaterre, directeur en charge du secteur bancaire français, lors d’une rencontre annuelle de l'agence de notation. Si la chasse aux coûts a été moins importante dans les banques françaises, c'est aussi que celles-ci bénéficient d'un modèle de revenus diversifié.

    ■ Nouvelles routes de la soie: Les entreprises sceptiques
    Les entreprises européennes restent sceptiques face au projet chinois des Nouvelles routes de la soie, dont elles redoutent l'opacité, selon une étude publiée par la Chambre de commerce de l'UE en Chine. Sur 132 entreprises qui ont participé à l'étude, seules 20 ont déposé des offres pour des projets liés à cette initiative d'infrastructures devant relier la Chine à ses clients et fournisseurs européens, mais aussi africains ou moyen-orientaux. Lancées par le président chinois Xi Jinping, les Nouvelles routes de la soie sont critiquées pour «leur manque de transparence et soupçonnées d'inciter des pays en développement à s'endetter pour des projets de prestige sans utilité économique». Des allégations contestées du côté des responsables chinois.

    ■ Attractivité industrielle: La France en tête du palmarès
    L'attractivité industrielle de la France pour les investisseurs étrangers reste en tête des pays européens, selon une enquête du cabinet EY (ex Ernst & Young). L'Hexagone reste le pays européen qui attire le plus d'investissements étrangers en matière d'implantations ou d'extensions de sites industriels, avec 339 projets recensés en 2018 (contre 323 en 2017). Viennent ensuite la Turquie (203 projets, +2) et l'Allemagne (152 projets, -11). Dans le même temps, le Royaume-Uni a enregistré une chute de 35% du nombre de projets sur son sol (140 en 2018 contre 216 en 2017) en raison du Brexit. Le Royaume-Uni recule ainsi de la 2e à la 4e place de ce palmarès.

    ■ France: Les créations d'entreprises en hausse
    Le nombre de créations d'entreprises en France a augmenté de 17,9% en 2019, tiré par une hausse de plus d'un tiers dans l'industrie et d'un quart pour les micro-entreprises, rapporte l'Insee. Au total, 815.257 entreprises nouvelles ont été enregistrées l'an passé, contre 691.283 en 2018. En 2019, 386.326 micro-entreprises ont vu le jour (+25,3% sur un an), ainsi que 210.505 entreprises individuelles classiques (+15,7%) et 218.426 sociétés (+8,6%). Par secteurs, les créations dans l'industrie ont le plus fortement augmenté, avec 33,5% de hausse. Elles sont suivies par les services aux ménages (+28,4%), les activités immobilières (+20,8%), l'information et la communication (+18,7%) et la construction (+17,8%).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc