×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Intelligence collective: Le cas d’école OCP

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5641 Le 26/11/2019 | Partager
    Comment le phosphatier crée des synergies auprès de ses collaborateurs
    Le mouvement: une dynamique anti-projet, anti-exigence de livrable, anti-délai…

    «Lorsqu’on parle mouvement, on ne parle pas de projet. C’est un concept anti-projet, anti-exigence de livrable, anti-délai. C’est un peu paradoxal, parce qu’on demande aux collaborateurs d’innover sans exiger un livrable», explique Mohamed Harcha, facilitateur mouvement chez le groupe OCP.

    Facilitateur mouvement est un nouveau poste qui se crée au sein de l’entreprise. Il incarne le rôle de manager ou décideur de demain. C’est un profil à la limite entre le manager et le coach. Le nombre de facilitateurs varie en fonction de la dynamique, de la localisation ou encore de l’évolution des initiatives et leur stade de maturité.

    Au lancement, le groupe OCP comptait une dizaine de facilitateurs ou ressources affectées à plein temps sur le mouvement. De fil en aiguille, ils sont accompagnés par d’autres collaborateurs : des centaines de correspondants mouvement et animateurs d’ateliers.

    «Aujourd’hui, nous sommes dans une dynamique de déploiement de ces profils beaucoup plus sur les sites industriels», souligne Mohamed Harcha. Le mouvement a commencé à l’OCP avec une cinquantaine de collaborateurs, qui étaient les ambassadeurs de la dynamique auprès des autres (au total, le groupe compte 23.000 collaborateurs).

    Après 3 ans d’existence, près de 12.000 sont actifs dans le mouvement, c’est-à-dire membres d’une situation. Le groupe a l’ambition que les 23.000 collaborateurs soient contributeurs. A cet effet, le mouvement appelle les collaborateurs OCP à faire preuve d’intelligence collective, d’autonomie et de subsidiarité, à créer de la valeur... Pour garder le cap, plusieurs repères sont fixés: le travail «en mode situation» (groupe de travail libre, sans hiérarchie, ni livrable, ni exigence de délai).

    L’enjeu est de créer une ambiance de confiance au sein du groupe de travail afin de donner ce qu’il a de mieux. L’ouverture d’esprit est de mise pour ramener chacun à donner son avis sans jugement. L’enjeu étant de booster la dynamique d’idéation.

    Arrivées à maturité, les propositions concrètes sont présentées devant un comité de management pour les ancrer (passer en business unit) ou donner des réorientations s’il le faut. Autre repère: la création de la nouvelle fonction de «facilitateur mouvement». Concrètement, c’est une ressource qui accompagne les situations dans leur développement (accompagnement budgétaire, outil de travail…) et la concrétisation des idées.

    Ainsi, cinq situations arrivées à un stade de maturité sont devenues des business units, puis des entités internes qui contribuent au développement du groupe: la business unit OCP Tech qui a travaillé sur la fabrication en interne de composants industriels. La situation Smart Fertilizer travaille sur une nouvelle génération de fertilisants pour anticiper toute disruption sur ce segment. Dans la maintenance connectée et l’emploi du digital, la situation maintenance solution se démarque…

    «Le mouvement» en chiffres

    • Des effectifs de 23.000 collaborateurs
    • 12.000 actifs dans le mouvement
    • Moyenne d’âge des salariés du groupe OCP: 35 ans
    • Une dizaine de facilitateurs «mouvement» à plein temps
    • Une centaine de correspondants «mouvement» et animateurs d’ateliers
    • 5 business unit créées

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc