×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Guerre des talents: comment retenir les meilleurs?

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5624 Le 29/10/2019 | Partager
    La reconnaissance, un ingrédient essentiel
    Quête de sens et de bien-être, les attentes de la nouvelle génération
    La moitié des expatriés du Maghreb est marocaine
    guerre-de-talents-024.jpg

    L’enquête du jobboard ReKrute.com réalisée en avril 2019 sur le Moral des cadres, relève que plus des 2/3 des cadres marocains sont démotivés à cause d’une absence d’évolution de carrière. Elle est suivie par la rémunération et le manque de reconnaissance

    «La guerre des talents fait rage au Maroc. Les employeurs ont intérêt à mettre en place des mécanismes et programmes pour les retenir», insiste Gregory Strasser, vice-président et COO SAP pour l’Afrique francophone, lors du Sommet RH organisé mercredi dernier à Casablanca.

    Avec pour thématique «la transformation de la gestion des ressources humaines», le rendez-vous s’est intéressé aux enjeux clés de la compétition internationale autour des RH au Maroc ainsi que l’évolution de la fonction RH. 

    Quelque 300.000 jeunes diplômés sortent sur le marché du travail chaque année. En parallèle, seulement 116.000 emplois nets par an  sont créés. Ces nouveaux postes demandent généralement des compétences techniques et non techniques encore rares sur le marché et très sollicitées par les recruteurs.

    D’un autre côté, l’exode des talents marocains, surtout ceux du secteur IT, est de plus en plus préoccupant. En effet, selon SAP, près de la moitié des compétences migrantes du Maghreb vers l’Europe est issue du Maroc. En 2018, ils ont été plus de 10.000 profils hautement qualifiés à quitter le pays.

    «Cela représente une grande perte pour les employeurs qui ont investi en temps et en formation, mais aussi pour l’ensemble du tissu économique marocain qui risque de se fragiliser à cause de la déperdition des talents», souligne Gregory Strasser. 

    Avec les nouvelles générations qui arrivent sur le marché et la 4e révolution industrielle, celle du numérique, les tendances RH et les façons de travailler bouleversent le marché du travail.

    «Aujourd’hui, tout processus RH créé il y a 3 ans est probablement obsolète», souligne Marie Trojani, HR value advisor à Sap. En effet, les recruteurs sont confrontés à de nouvelles exigences et doivent accorder plus d’attention au bien-être de leurs collaborateurs. Cela passe par la mise en place d’un bon climat de travail, d’une politique de rémunération attractive et des missions qui donnent un sens au travail. Ce dernier point est d’ailleurs celui que recherchent les nouvelles générations d’actifs.

    «Pour les millénials, la rémunération n’est plus un facteur d’engagement. Il faut repenser les modèles RH en créant un  environnement inclusif, en favorisant le dialogue et en leur faisant sentir qu’ils font partie d’une communauté», préconise Marie Trojani. En prenant conscience de ces aspects, les employeurs renforceront la résilience, l’agilité et la performance de leurs équipes.

    Par ailleurs, avec les progrès technologiques exponentiels, l’émergence de l’intelligence artificielle, du big data, de l’internet des objets et des blockchains, le monde du travail est en train de changer. Toutefois, les experts invités au Sommet RH organisé par SAP s’accordent tous à dire que la clé du succès pour l’entreprise de demain restera l’humain.

    Pour répondre aux défis de la transformation RH, le spécialiste des  logiciels d’application d’entreprise propose une  solution appelée SAP SuccessFactors. «Ce logiciel couvre tous les aspects importants des RH (rémunération, recrutement, gestion des talents, intégration…) aidant ainsi à la gestion des ressources humaines.

    A travers des bibliothèques de compétences et aptitudes, descriptions de poste, catalogues d’objectifs, analyse juridique, il leur permet d’attirer, développer et fidéliser les meilleurs talents», explique le management. Ce logiciel permet de mieux cerner les attentes des collaborateurs et personnaliser et apporter à chacun la reconnaissance qu’il mérite. 

    Ce type d’approche de gestion des ressources humaines peut apporter de réelles solutions à la pénurie des talents que connaît le pays. La plupart des profils qui s’expatrient le font pour bénéficier d’un cadre de travail et d’évolution de carrière plus favorables.

    En faisant en sorte de répondre aux aspirations et aux besoins d’épanouissement  des collaborateurs de façon individuelle ce qui leur apporte une forte confiance en eux-mêmes et envers leur entreprise.

    «Cette stratégie répond également aux besoins de  compétitivité de l’entreprise qui est confrontée à trois défis stratégiques à savoir: maîtriser les coûts pour financer plus d’innovation, offrir une expérience client de premier choix et mobiliser les leviers afin d’attirer et d’engager les meilleurs talents», précise Gregory Strasser.

    T.E.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc