×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    CDG veut soigner ses ratios prudentiels

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5622 Le 25/10/2019 | Partager
    Le groupe met en place un nouveau cadre de gestion de risques
    Le ratio de solvabilité en deçà du niveau des exigences de Bâle
    Déséquilibre entre les fonds propres prudentiels et les risques encourus
    cdg_022.jpg

    Démarré en 2015 déjà le projet de refonte du cadre prudentiel de CDG s’est déroulé sur plusieurs étapes jusqu’à son déploiement effectif

    La Cour des comptes est passée par là! La Caisse de dépôts et de gestion (CDG) vient de se doter d’un modèle pru­dentiel flambant neuf suite aux recom­mandations des magistrats de la Cour. En réalité, la Caisse travaille sur ce projet depuis 2015 dont la mise en place est semble-t-il devenu indispensable pour son top management.

    Et pour cause, le groupe positionne désormais «la gestion du risque comme outil de pilotage forma­lisé indissociable de toute prise de déci­sion». Ce nouveau cadre prudentiel est aussi important pour la Banque centrale dans le cadre de l’exercice de sa fonction de contrôle et de supervision. Le travail conjoint des équipes de BAM et de celles de CDG a permis l’élaboration d’une cir­culaire dédiée à la CDG.

    «Cette avancée majeure qui constitue une grande pre­mière dans la réglementation prudentielle fera désormais du nouveau cadre pruden­tiel un pilier fondamental de pilotage du groupe et un instrument réglementaire de la Banque centrale pour le contrôle et la supervision de la Caisse», apprend-on auprès de l’institution.

    Il faut dire que le groupe a connu, sur les 15 dernières années, un important développement qui s’est traduit par une forte croissance de ses engagements dont la rentabilité est souvent différée et les risques sont non quantifiés.

    Compte tenu de ces évolu­tions liées au profil d’investisseur long terme, l’application des dispositions pru­dentielles issues du dispositif de Bâle est difficile dans le cas du business model de la CDG. Ce qui a conduit, de sources internes à la CDG, à accentuer le déséqui­libre entre les fonds propres prudentiels du groupe et les risques encourus.

    D’où un niveau de ratio de solvabilité en deçà de la limite réglementaire. Plus globalement, la réflexion sur la mise en place de ce nouveau cadre devait répondre à un triple objectif. En effet, la Caisse doit faire face au faible niveau des fonds propres prudentiels, calculé confor­mément aux normes bâloises. Celui-ci devient un frein pour le développement de l’activité et le déploiement des orien­tations stratégiques du groupe.

    CDG doit suivre, de manière régulière, l’adéqua­tion entre le montant des fonds propres et les risques encourus ou à engager. D’où l’intérêt et l’importance de doter le mana­gement d’un outil de prise de décision et de pilotage permettant une allocation optimisant le couple rendement/risque.

    Ainsi le travail de refonte du cadre prudentiel a porté sur la partie fonds propres pour l’évaluation et l’estimation de la richesse de la CDG. Il y a aussi l’in­troduction d’un nouveau risque: celui de l’investissement qui doit impérativement être quantifié à travers l’approche «perte de valeur».

    Moulay Ahmed BELGHITI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc