×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Canada: Un deuxième mandat pour Justin Trudeau

    Par L'Economiste | Edition N°:5620 Le 23/10/2019 | Partager
    Le Parti libéral sera amené à solliciter l'appui de petites formations
    justin_trudeau_020.jpg

    Le Premier ministre Justin Trudeau est arrivé en tête des élections législatives au Canada (Ph. AFP)

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a obtenu un deuxième mandat lundi 21 octobre. Le Parti libéral a remporté 156 sièges à la Chambre des communes sur un total de 338 sièges, loin de la majorité absolue fixée à 170 sièges. Il sera amené à solliciter l'appui d'une ou plusieurs petites formations pour disposer de la majorité au Parlement.

    Alors qu'ils étaient donnés au coude-à-coude avec les libéraux par tous les sondages, les conservateurs devraient se contenter d'un peu plus de 120 circonscriptions, suivis des indépendantistes du Bloc québécois (32) et du Nouveau Parti démocratique (NPD, gauche) avec 24 sièges. Tous les dirigeants des grands partis ont été réélus.

    «Ce soir, les Canadiens ont rejeté la division, les coupes et l'austérité. Ils ont voté en faveur d'un programme progressiste et d'une action forte contre le changement climatique», a lancé Justin Trudeau. Tout au long de la campagne, il a défendu son bilan: économie solide, cannabis légalisé, taxe carbone, accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens, accords de libre-échange signés avec l'Europe ou les Etats-Unis et le Mexique... Trudeau remporte donc son pari d'un deuxième mandat.

    Et ce malgré les nombreux scandales qui ont marqué ses quatre années au pouvoir et les attaques souvent virulentes de l'opposition sur son bilan. Mais il ressort affaibli de ce scrutin pour se maintenir au pouvoir. Et il devra obtenir le soutien d'un petit parti, vraisemblablement le NPD de Jagmeet Singh.

    Le dirigeant libéral devra donc entamer de délicates discussions en vue d'accords ponctuels lors des votes à la Chambre. Il devra ensuite former un nouveau gouvernement, rédiger son programme législatif puis le soumettre au vote du nouveau Parlement lors du discours du Trône. C'est lors de ce vote de confiance que le nouveau gouvernement minoritaire connaîtra son baptême du feu.

    Cette année, le taux de participation a atteint 65,7% contre 68,3% en 2015. Il était de 61,1% en 2011 et 58,8% en 2008. Ce sont quelque 27,4 millions d'électeurs qui étaient appelés aux urnes pour départager les principales forces politiques. Environ 4,7 millions de Canadiens avaient voté par anticipation. Un chiffre en progression de 29% par rapport au scrutin de 2015 durant lequel les libéraux avaient remporté une large majorité.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc