×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca/Circulation: Le méga labyrinthe des embouteillages

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5601 Le 26/09/2019 | Partager
    Les déplacements de plus en plus pénibles
    Les chantiers de voiries se multiplient sans coordination
    Des heures interminables dans les bouchons…
    ebouteillage-casablanca-001.jpg

    Le rond-point Gandhi/Route des facultés est l’un des principaux points noirs de la circulation à Casablanca, en raison des travaux sur la trémie, qui devront s’achever durant le 1er trimestre 2020. Outre ce chantier, des travaux de déviations de réseaux (télécoms et Lydec), installation de la fibre optique, aménagement de la plateforme voie ferrée des futures lignes de tramway, travaux divers sur les voiries, élargissement des chaussées, réfection des trottoirs… sont menés un peu partout (Ph. F. Alnasser)

    C’est le chaos au centre de Casablanca! La circulation est devenue si infernale qu’il faut des heures pour effectuer ses trajets. La situation a empiré depuis la rentrée des écoles et encore plus cette semaine avec le lancement des travaux sur Zerktouni/Résistance, un axe névralgique qui traverse la ville de boulevard les FAR jusqu’à la mosquée Hassan II.

    Après les accès de la ville (pont à haubans, Nœud A, trémies Aïn Sebaâ et route d’Azemmour…), c’est au tour du centre-ville de subir les désagréments des chantiers lancés tous azimuts, visiblement sans coordination entre les différents intervenants (commune, SDL, délégataire, opérateurs télécoms…). Résultat: les deux premiers jours de la semaine ont enregistré des records d’embouteillage.

    «J’ai mis 2 heures lundi 23 septembre pour aller de Hay Hassani à Mers Sultan», témoigne un taximan. De Aïn Sebaâ au Mâarif, il aura fallu 1 heure de trajet (au lieu d’une demi-heure), indique un autre automobiliste. Si les déplacements deviennent de plus en plus pénibles, c’est que pratiquement toutes les voieries de Casablanca sont en chantier: Zerktouni, Résistance, Moulay Youssef, Mers Sultan, les FAR, 2 Mars, Gandhi, Yacoub El Mansour, Socrate, Maârif… pour ne citer qu’eux. Déviations de réseaux (télécoms et Lydec), installation de la fibre optique, aménagement de la plateforme voie ferrée des futures lignes de tramway, travaux divers sur les voiries, élargissement des chaussées, réfection des trottoirs…

    casa_deplacement_001.jpg

    Une large majorité des Casablancais opte pour la marche à pied pour ses déplacements

    Mais la question qui se pose avec acuité est la suivante: pourquoi attendre la rentrée pour lancer en même temps des chantiers aussi lourds? Ne valait-il pas mieux lancer ces travaux durant l’été, quitte à travailler week-end et jours fériés pour accélérer la cadence?

    Mais le pire est à venir. En effet, après les travaux de déviations de réseaux, Casa-Transports s’apprête à lancer le réaménagement complet des boulevards Résistance et Zerktouni, une artère vitale qui concentre une grande proportion de la circulation de la ville. Au programme: réfection des voiries existantes et la création de chaussées en prêtant une attention particulière aux conduites de drainage et d’assainissement.

    Les carrefours seront également complètement revisités avec une nouvelle signalisation lumineuse. Des couloirs bus sont prévus, sans oublier la signalisation horizontale et verticale, l’éclairage public… De même, les trottoirs et surfaces piétonnes seront réaménagés pour mettre des passages aux normes pour les personnes à mobilité réduite. Tout au long du tracé, places et espaces verts seront aussi aménagés avec  (plantation d’arbres et arrosage automatique).

    Enfin, du nouveau mobilier urbain sera installé tout au long du tracé. Vaste programme qui ne se fera pas sans douleur! Sachant que chaque jour, quelque 7,8 millions de déplacements/jour sont opérés sur l’agglomération Casablanca-Mohammedia-Médiouna-Nouaceur (territoire de l’Etablissement de coopération intercommunale ou ECI). Aujourd’hui, le parc de Casablanca est de plus de 1 million de véhicules. Au total 1,3 million de trajets en voiture sont réalisés chaque jour sur le territoire de l’ECI.

    traveaux_casa_001.jpg

    En moyenne, les habitants réalisent 2,18 déplacements/jour, majoritairement pour des motifs contraints (travail, études, courses…), selon une enquête ménages déplacements, dont les résultats ont été dévoilés au début de l’année (cf. édition du 17 janvier 2019). Les deux tiers des déplacements (62%) sont effectués à pied.

    Autrement dit, la marche représente près de 5 millions de déplacements, avec une distance moyenne de 1,2 km/jour. Or, les trottoirs, la signalisation, les jalonnements, les carrefours ne sont pas suffisamment praticables et sécurisés, avec très peu ou pas d’aménagements de voies cyclables. Les transports en commun ne représentent que 13% des déplacements (surtout en mode tramway), les bus étant dans un état de vétusté avancé (670.000 trajets/jour) et un niveau de service catastrophique.

    L’intermodalité est bien évidemment inexistante, ce qui n’est pas pour faciliter le quotidien des Casablancais. L’étalement urbain couplé à l’insuffisance des transports en commun et au manque de planification provoquent bien évidemment une course à l’équipement, notamment en périphérie.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc