×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Station de dessalement: L’ONEE relance son projet de Laâyoune

    Par Nadia DREF | Edition N°:5523 Le 24/05/2019 | Partager
    Le coût global du projet est estimé à 600 millions de DH
    Echec de la sélection d’adjudicataires après résiliation du premier contrat
    Les nouveaux partenaires connus avant fin septembre
    station_de_dessalement_023.jpg

    La technique retenue est l’osmose inverse qui consiste à pousser l’eau sous pression au travers d’une membrane semi-perméable qui retient le sel et autres impuretés (Ph. L’Economiste)

    La nouvelle station de dessalement d’eau de mer de Laâyoune donne du fil à retordre à l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). Il faudra attendre 2022 pour sa mise en service au lieu de septembre prochain comme prévu initialement, soit trois ans de décalage.

    Devant la défaillance, actée en novembre 2018, du groupement Protecno (Italie) /Mesogeos (Grèce) qui a déjà réalisé 50% des travaux de génie civil, l’Office a lancé en avril dernier une nouvelle consultation avec 5 entreprises et consortiums déjà approchés (groupements Metito/Somagec/SNCE, Abeinsa/Sogetrama GLS...).

    Cette fois-ci l’ONEE a bien tiré les enseignements de cet échec. Il a scindé en deux l’appel d’offres initial et apporté des adaptations au cahier des charges. La première partie porte sur la réalisation d’une station de dessalement pour un débit de 300 l/s (26.000 m3/j).

    Le coût est estimé à 290 millions de DH. L’ouverture des plis devait avoir lieu mercredi 22 mai. Le nom de l’entreprise ou du groupement retenu(e) sera connu avant fin septembre prochain, date de démarrage de la construction. La fin des travaux est fixée en juin 2021.

    La seconde partie concerne l’expertise pour la finalisation du lot prise d’eau de mer et l’adaptation du prétraitement des stations de dessalement (existantes et projetées) à la qualité de l’eau à prélever par la prise d’eau de mer. Les consultations en cours se poursuivront jusqu’en août de cette année. L’adjudicataire sera connu avant décembre prochain. Les travaux devront commencer dès janvier 2020 pour s’achever en décembre 2021.

    Le démarrage de l’activité de cette station de dessalement contribuera au renforcement de la production d’eau potable de la ville de Laâyoune et des agglomérations avoisinantes (centres d’El Marsa, Foum El Oued et Tarouma). Objectif: répondre à la demande croissante en eau potable dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia-El Hamra et pallier la faible productivité de la nappe phréatique souterraine. La région abrite plusieurs stations de dessalement (Laâyoune, El Marsa…).

    Par ailleurs, le Plan de développement régional a retenu une enveloppe budgétaire globale de 4,4 milliards de DH pour les futurs équipements hydriques dont 1,6 milliard de DH financés par la région et 2,8 milliards par les autres partenaires dont l’ONEE.

    Les raisons d’un couac

    L’ONEE n’est pas à son premier appel d’offres ouvert sur offres de prix, après la résiliation du contrat avec l’adjudicataire du marché attribué en 2016. L’énergéticien public a lancé plusieurs appels d’offres et consultations qui ont été déclarés infructueux. Peu d’entreprises y ont soumissionné. Les sociétés intéressées par ce marché public ont relevé plusieurs manquements dont les courts délais de consultation pour la préparation de l’offre ainsi que pour l’exécution (12 mois) au regard de la nature et la complexité des travaux de prise d’eau de mer directe. Ce qui ne permettait pas une mise en service du projet dans le délai initialement annoncé, à savoir septembre 2019. L’estimation financière basse pour ce type de travaux a été également critiquée par les entreprises. Des doléances auxquelles l’ONEE a dû revoir toute la copie.

    Fiche projet station de dessalement de Laâyoune

    Ce projet est composé de plusieurs équipements:

    • Une tour de prise et un émissaire d’amenée d’eau de mer d’une longueur de 1.600 ml dont 800 ml en fond marin;
    • Une station de dessalement d’eau de mer, utilisant la technique d’osmose inverse, pour une capacité d’eau traitée de 300 l/s;
    • - Des ouvrages annexes (station de pompage d’eau de mer, bâtiments de réactifs et de chloration, réservoir d’eau traitée, locaux électriques, conduites d’eau de mer, conduites de rejet, télégestion…).

    Source: ONEE

    Suite à l’échec des précédents appels d’offres et consultations, le projet a été scindé en deux lots pour attirer de nouveaux partenaires

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc