×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Petits agriculteurs: L’OCP veut restructurer la distribution

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5523 Le 24/05/2019 | Partager
    Le groupe lancera bientôt une centrale d’achats dédiée
    Le dispositif s’attaque à la multiplicité des intermédiaires
    Une expérience pilote à Midelt
    petits-agriculteurs-023.jpg

    Dans une première étape, la place commerciale qui sera lancée par l’OCP cible les producteurs de pommes de la région de Midelt (Ph. L’Economiste)

    L’accès au circuit de commercialisation ne devrait plus être un handicap pour les petits agriculteurs. Le groupe OCP est en train d’apporter les dernières touches à un projet de place commerciale digitale dédiée. A l’origine de l’idée, un appel à projets lancé en 2016 par la présidence de l’OCP à destination de ses 21.000 salariés.

    Le «mouvement» est chapeauté par Hicham El Habti, SG de l’Université Mohammed VI Polytechnique. Parmi la soixantaine de projets reçus, (appelés situations en interne), figure le lancement d’une centrale d’achats. Le principe consiste en la création d’un écosystème autour des petits agriculteurs et qui comprend des experts, des fournisseurs, des grandes surfaces, des unités industrielles ainsi que des grands restaurants. Pour le moment, il s’agit de définir la taille des exploitations agricoles éligibles.

    Ainsi, le phosphatier fera jouer sa capacité de négocier des tarifs préférentiels auprès des fournisseurs pour des gros volumes. Ce qui permettra aux agriculteurs d’accéder à des intrants sélectionnés et à des prix plus intéressants que s’ils étaient seuls. Grâce à l’utilisation d’un tableau de bord, il sera possible de savoir qui produit quoi et dans quel volume. Un mode de gestion qui rendra plus facile l’acheminement des récoltes vers les commerces ou les unités industrielles intéressées.

    Le dispositif contribuera à éliminer les intermédiaires sans aucune valeur ajoutée et établir un contact direct entre les petits agriculteurs et leurs clients. La réduction des nombreux intermédiaires se traduira également par une réduction notable des prix de vente.

    Un responsable sera désigné dans chaque région pour animer l’écosystème local. Il sera rémunéré sur la base d’une commission. Dans une première phase, l’expérience sera lancée dans la région pilote de Midelt, connue pour la production de plusieurs variétés de pommes dont la commercialisation ne s’effectue pas toujours dans des conditions économiques favorables pour les producteurs.

    Les animateurs du projet tablent sur l’effet boule de neige que déclenchera cette première expérience et qui amorcera des commandes pour d’autres fruits et légumes. Dans une seconde phase, le dispositif pourrait être étendu à la production animale. Le nom commercial de la plateforme reste encore à définir.

    Mais une chose est sûre: le nom de l’OCP n’apparaîtra nulle part et ne touchera aucun bénéfice dans ce projet qui a plutôt une vocation sociale. Mais la paternité du phosphatier ne manquera pas d’attirer divers opérateurs, notamment les banques et les compagnies d’assurance. La plateforme devrait être lancée dans les toutes prochaines semaines.

                                                                           

    ■ Une startup pour révolutionner la maintenance

    startup_maintenance_023.jpg

    Le dispositif de la digitalisation de la maintenance permet de détecter rapidement les anomalies et d’envoyer au client un message pour apporter les correctifs nécessaires (Ph. Allens)

    Parmi la soixantaine de projets innovants supportés par l’OCP figure la startup Maintenance Solutions. Créé en 2016, c’est l’une des structures les plus matures parmi les «situations» promues par l’Office. La mission de Maintenance Solutions, qui compte une vingtaine de personnes, consiste à installer des capteurs intelligents sur des machines pour détecter la moindre anomalie en matière de transfert d’énergie, de température, de corrosion, de vibration… Développés en interne par les équipes de l’OCP, les capteurs sont directement connectés à un système d’information géré par l’unité. Dès qu’il y a une anomalie, une alerte est transmise aux experts de l’unité de gestion de la maintenance qui l’analysent et proposent les réglages nécessaires pour remédier à la situation. «La cinquième révolution industrielle va générer de nouveaux métiers dans le domaine de la maintenance. Nous avons l’ambition d’anticiper ces mutations et d’être parmi les premiers opérateurs en termes d’expertise et de digitalisation de la maintenance industrielle», déclare Abdenour Jbili, responsable OCP-MS. 215 capteurs sans fil, 100% Made in Morocco, ont déjà été installés auprès de sept sites de l’OCP. La startup Maintenance Solutions prospectera d’autres clients externes. 3.500 équipements ont déjà été supervisés. Au terme de 2018, le bilan est plutôt encourageant : le dispositif a permis de réaliser des économies de 70 millions de DH grâce aux pannes évitées.

    ■ OCP-Techs : Une structure dédiée à la technologie industrielle

    ocp-techs_023.jpg

    La gamme de pompe OTWater, destinée à l’eau claire et marine couvre une plage de débit de 4 à 1.200 m3 et une hauteur de 70 m. Elle est de fabrication 100% OCP (Ph. OCP)

    A travers la structure OCP-Techs, le groupe compte explorer les possibilités de diversification dans une industrie à forte valeur ajoutée tout en participant au plan d’accélération industrielle. La structure est déjà opérationnelle. «Nous avons commencé par le secteur machinerie et distribution de l’énergie. Nous avons construit des pompes centrifugeuses 100% made in Morocco pour transporter des produits abrasifs et fonctionnant à l’énergie électrique», annonce Yassine Laghzioui, chef de la Jorf Fertilizers Company V de Jorf Lasfar. OCP-Techs est déjà en train de fabriquer une gamme de robinetterie industrielle et concevoir des moteurs électriques en partenariat avec des ingénieurs américains. L’objectif de l’unité est de devenir un producteur de référence spécialisé dans la machinerie adaptée à l’industrie chimique et minière.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc