×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Assises de la fiscalité: Ce que proposent les économistes istiqlaliens

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5507 Le 02/05/2019 | Partager
    Des mesures en faveur des jeunes entreprises et de celles en difficulté
    Un taux d’IS autour de 25% et suppression de la cotisation minimale
    Instauration d’une contribution à la charge des activités protégées par des agréments, licences ou monopole de l’Etat

    Elargissement de l’assiette, réduction des taux, un système fiscal équitable,  économiquement incitatif… Aux Assises de la fiscalité qui se tiennent les 3 et 4 mai, l’Alliance des économistes istiqlaliens(1) propose un système basé sur la simplicité, la solidarité, la stabilité et l’efficience. Cela devrait passer par la réduction du nombre des taux d’impôts indirects et surtout locaux et un élargissement, par le haut, des tranches soumises aux impôts directs.

    En parallèle, l’Etat devrait respecter ses engagements en termes de délai de paiement, de remboursement et de restitution d’impôts. «Il faut aussi proposer un plan d’intégration sur 5 ans à l’informel vivrier. Ce plan devrait s’accompagner de formation, d’accès à la couverture médicale, à la retraite et au financement», indique Fouad Douiri, ancien ministre de l’Energie et membre de l’Alliance.

    Dans le schéma proposé, la fiscalité devrait jouer un rôle dans la réduction des inégalités sociales et territoriales. Abdellatif Maâzouz, ex-ministre du Commerce extérieur et président de l’Alliance, explique aussi «qu’elle doit fournir les ressources aux territoires les moins favorisés, en finançant une partie des filets sociaux et en réduisant la dépense supportée par les personnes les moins aisées».

    L’idée est de redistribuer une partie des ressources fiscales provenant de grands bénéfices pour réduire les cotisations sociales sur les faibles revenus. Ce qui diminuerait les charges salariales qui grèvent la compétitivité des  PME et freinent la création d’emplois ainsi que le recrutement des compétences.

    La mise en place simultanément d’incitations fiscales et sociales devrait favoriser les jeunes entreprises ainsi que la reprise et la restructuration des entreprises en difficulté. Ces entreprises en difficulté pourraient bénéficier des mêmes avantages que les créations à condition que le repreneur s’engage sur un plan de redressement qui préserve l’emploi.

    L’Alliance recommande aussi la suppression de la cotisation minimale qui ne repose sur aucun fondement économique et appelle les pouvoirs publics à s’inscrire dans la tendance de la baisse du taux d’IS adoptée par la majorité des pays en visant un IS ne dépassant pas 25%. Elle est également favorable à la mise en place, dans une logique de solidarité, d’une contribution à la charge des activités protégées par des agréments, licences ou monopole de l’Etat.

    La solidarité pourrait être également financée par une quote-part de la recette de la TVA. Ce qui garantirait une redistribution équitable et une baisse de la pression fiscale indirecte. Surtout que la TVA pèse plus lourdement sur les contribuables à faible revenu.

    Une réforme de cet impôt devient nécessaire et devrait être axée sur la simplification de la structure des taux, la généralisation de son champ d’application, du droit à déduction et  l’homogénéisation du fait générateur (régime encaissement ou régime débit). Le tout sans oublier la généralisation du remboursement des crédits de TVA dans les délais.

    Déclaration de l’IR par ménage

    L’Alliance des économistes istiqlaliens recommande l’introduction des   déductions à caractère social, principalement celles liées aux frais de scolarité et de formation. Elle est également favorable à l’introduction du principe de la déclaration de l’IR par ménage. La grille de l’IR devrait être également revue et accompagnée d’une indexation triennale des tranches sur le taux d’inflation pour être en phase avec la réalité économique.  L’Alliance propose le relèvement du seuil d’exonération à 36.000 DH, l’aménagement des tranches intermédiaires et le relèvement de la tranche supérieure à 240.000 DH. Une  fiscalité adaptée aux activités à vocation non commerciale (médecins, pharmaciens, avocats,…) est également recommandée.

    Khadija MASMOUDI

    -------------------------------

    (1) L’Alliance des économistes istiqlaliens a tenu une conférence de presse mardi 30 avril à Casablanca

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc