×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Assises de la fiscalité: Les trois fondamentaux de la CGEM

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5505 Le 29/04/2019 | Partager
    Les entreprises ne devraient pas collecter l’IR
    Une loi-cadre pour inscrire les mesures dans le long terme
    84% des patrons jugent le système fiscal contraignant pour la compétitivité
    mezouar_005.jpg

    Pour le patron des patrons, Salaheddine Mezouar, la réforme fiscale doit procéder  d’une loi-cadre. Histoire de mettre en place un système à la fois pérennisé et évolutif (Ph. Bziouat)

    Pas moins de huit mois de travaux du comité d’experts et l’implication  de toutes les instances de la Confédération patronale ainsi que le recours à l’expertise des   fiscalistes et des experts-comptables. Le tout, argumenté  par  un sondage des  chefs d’entreprise sur leur vision de l’actuel système fiscal.

    Salaheddine Mezouar, le patron des patrons, a tenu à mettre en relief ce travail préparatoire pour  insister sur l’importance des Assises fiscales les 3 et 4 mai prochains. Le document préparé à cet effet et présenté vendredi 26 avril à la presse a été acté par le dernier conseil d’administration. Dans son édition du 22 avril dernier, L’Economiste avait publié en avant-première les grandes lignes.

    D’emblée, la Confédération patronale  expose les principes fondamentaux qui doivent guider la nouvelle réforme fiscale et les propositions par nature d’impôt. Pour Mezouar, son président, l’objectif est de mettre à plat certaines interrogations qui taraudent les chefs d’entreprise.

    En particulier, comment insérer la variable fiscale dans le futur modèle de développement économique et social? Comment concilier le prélèvement obligatoire qu’est l’impôt avec son corollaire, la dépense publique? En d’autres termes, quelles réallocations de ressources pour quelles politiques publiques pour que le citoyen puisse en ressentir rapidement les effets? Quel est le niveau de pression fiscale que peut supporter ou tolérer l’économie sans hypothéquer la croissance? Comment répartir sa charge entre les différents acteurs économiques sans handicaper l’investissement ni pénaliser la compétitivité? Et en définitive, quel arbitrage à faire fiscalement entre les trois composantes: l’investissement, l’épargne et la consommation? Ces questions étant posées, la CGEM insiste sur l’universalité de l’impôt mais dans «le respect de l’équité et de la transparence».

    Sans toutefois remettre en cause les dépenses fiscales. Une véritable quadrature du cercle. Le patronat appelle à «la correction de quelques distorsions qui doivent faire l’objet d’études d’impact préalables et d’une évaluation a posteriori. Le système doit être bâti sur la base d’une pression fiscale acceptable et mieux répartie. Avec à la clé, le maintien de la progressivité de l’impôt en corrélation  avec la pression fiscale et la capacité de l’entreprise.   84% des patrons estiment que le système fiscal est contraignant pour la compétitivité, inéquitable et injuste.

    Pour ce qui est de l’IS, le patronat propose l’exonération d’une part du résultat   avant impôt à concurrence du tiers, s’il est injecté dans le capital au cours de l’exercice suivant. Le taux applicable devrait être ramené à 20% pour les tranches inférieures. S’ajoute également la suppression de la cotisation minimale pour ce qui est des opérations de restructuration (fusion, scission, apport partiel d’actif, transfert des actifs au sein des groupes, réévaluation de bilan…).

    Pour la TVA, il est recommandé la généralisation du remboursement et la suppression du mécanisme de son recouvrement par retenue à la source. «Car c’est une négation du droit à récupération». Et prévoir 3 taux: 0%, 10% et 20%.

    Pour l’IR, la recommandation cible la déduction de la base imposable, des frais de scolarité auprès d’institutions privées, des primes d’assurance-vie à hauteur de 50%  pour les non-salariés. De même qu’il est demandé le versement trimestriel de l’IR professionnel. Et pour terminer, le patronat veut même se désengager de la responsabilité de collecte et de versement de l’IR.

    21,3%, la pression fiscale en 2017

    • Recettes ordinaires:  224 milliards de DH, soit 88%  du budget de l’Etat.
    • TVA: 82 milliards de DH
    • IS: 50 milliards de DH
    • IR: 40 milliards de DH
    • TIC: 27 milliards de DH
    • Enregistrement et timbre: 16 milliards de DH
    • Droits de douane: 9 milliards de DH.

    A.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc