×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Résidences Dar Saada revoit son business plan

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5489 Le 05/04/2019 | Partager
    Le groupe maintient son niveau de rentabilité
    Côte d’Ivoire, Rwanda… l’immobilière se déploie en Afrique

    Résidences Dar Saada boucle le premier exercice de son plan stratégique 2018-2020 Espace. «En dépit d’un contexte sectoriel difficile, nous avons atteint en 2018 nos objectifs de performance opérationnelle et de ratios bilanciels ce qui traduit des fondamentaux financiers sains et solides», soutient d’emblée Fayçal Idrissi Qaitouni, DG de la société immobilière lors de la présentation de ses résultats annuels pour 2018 jeudi dernier. RDS a ainsi développé ses activités à travers trois principaux axes. A commencer par la conception d’un modèle inédit de logement social «nouvelle génération». C’est ainsi qu’elle a lancé le concept du «social en duplex» qui, selon Mohammed Ben Aouda, DG de Palmeraie Développement, «a connu un engouement particulier auprès des clients». Il en veut pour preuve, une contribution de 30% du total des préventes (4.100 unités). Des préventes qui ont elles mêmes augmenté de 15% du nombre d’unités prévendues dont 30 % sont des unités duplex sociales.  
    RDS s’est ensuite attaqué à la poursuite du développement de son offre sur le moyen standing avec la livraison des premières unités du projet Ocean Palm, de Dar Bouazza, courant le deuxième semestre 2018. «La part du chiffre d’affaires provenant du segment moyen standing représente 30 % du chiffre d’affaires global», confie Idrissi Qaitouni. L’internationalisation est le troisième levier activé par la société. Elle envisage de lancer plusieurs projets immobiliers en Afrique subsaharienne. D’abord en Côte d’Ivoire où RDS a entamé la construction de la première tranche d’un projet immobilier consistant en 2.000 unités sur une assiette foncière de 40 ha. Ce projet devrait, comme le soutient le management contribuer à hauteur de 10% du chiffre d’affaires à partir de 2019. L’immobilière va également s’exporter au Rwanda où elle a déniché «une belle opportunité».

    En attendant, RDS a réussi à consolider ses parts de marché dans logement social et moyen standing avec une valeur du stock des unités commercialisées de 1,7 milliard de DH à fin décembre 2018. De plus, le promoteur immobilier table sur une pré-commercialisation de 5.000 à 5.500 unités par an entre 2019 et 2020. En dépit d’une baisse de son chiffre d’affaires qui ressort à 1,4 milliard de DH  par rapport à 2017, la société a réussi à maintenir le même niveau de résultat net 327 millions de DH. «Cette performance s’explique par la progression du niveau de la marge opérationnelle, à 27 % en 2018 contre 21 % en 2017, et ce par l’amélioration du mix produit et la poursuite de l’optimisation des coûts de production et des délais de réalisation des projets livrés», précise Yacine Kaou, responsable stratégie et relations institutionnelles de RDS. Ce niveau de résultat va lui permettre de distribuer un dividende par action de 3 DH, soit un dividende yield moyen de 3,5%.

    Assiette foncière

    La société dispose d’une réserve foncière de près de 1.114  ha dont près de la moitié est située sur l’axe Casa-Rabat. Durant l’année 2018, la société a procédé à l’acquisition de plusieurs terrains totalisant 39 ha à Marrakech, Casablanca et Cabo Negro. Le budget d’acquisition prévu à horizon 2020 est de 450 millions de DH, dont 300 millions engagés en 2018. Résidences Dar Saada a également maintenu un taux d’endettement en ligne avec ses objectifs. Son ratio d’endettement net se situe à un niveau optimal de 39 %. Parallèlement, elle est parvenue à réduire les créances clients à 825 millions de DH, soit 5,8 mois de chiffre d’affaires. Les produits finis sont maintenus à un niveau maîtrisable, soit 6.932 unités à fin 2018, dont les deux tiers avec un âge moyen de moins d’un an. Ce stock répondra aux livraisons 2019-2020. 

     

    Moulay Ahmed BELGHITI 

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc