×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Faux et usage de faux par les magistrats: Nouveau barème des sanctions

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5483 Le 28/03/2019 | Partager

    Les magistrats, fonctionnaires publics, notaires ou adels qui, dans l’exercice de leurs fonctions, se rendraient coupables de faux par fausses signatures, par altération des actes, écritures ou signatures par tout procédé se verront appliquer un nouveau barème de sanctions. L’article 352 du code pénal, qui vient d’être modifié, prévoit une peine d’emprisonnement de 10 à 20 ans, assortie d’une amende de 100.000 à 200.000 DH. La même sanction s’applique en cas de dénaturation d’actes.

    H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc