×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Edition spéciale 8 Mars

    Wassila Kara Ibrahimi: Un club pour les femmes DRH

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5469 Le 08/03/2019 | Partager
    wassila_kara_ibrahimi_069.jpg

    Wassila Kara Ibrahimi défend activement la cause des femmes. Cette entrepreneure militante a notamment créé il y a près d’une année le premier club des femmes DRH au Maroc. Un réseau fondé avant tout pour changer les préjugés des recruteurs et faciliter l’accès des femmes aux postes de responsabilité (Ph. W.K.I.)

    Unir en un club les femmes DRH du Maroc et leur donner de la visibilité pour améliorer l’égalité des genres en milieu professionnel. C’est le pari ambitieux de Wassila Kara Ibrahimi.

    Une chasseuse de tête à la fois curieuse et spontanée qui porte plus d’une casquette à la fois, puisqu’elle a été à deux reprises vice-présidente de l’Association des femmes entrepreneurs marocaines (AFEM), et a fondé il y a vingt ans de cela son propre cabinet baptisé «Bil Consulting».

    Un club que la fonceuse a lancé il y a presque un an et qui regroupe aujourd’hui plus de 60 femmes responsables des ressources humaines. «Notre réseau compte plusieurs dizaines de profils travaillant dans de grands groupes du pays dont notamment la RAM, la BMCE, la BMCI ou encore l’ONDA», explique la consultante. Objectif: servir de porte-voix à la communauté féminine marocaine.

    «Les femmes DRH sont l’intermédiaire entre les candidates aux postes à pourvoir et les entreprises. Changer les préjugés des recruteurs et faire bouger leurs consciences pour favoriser l’accès des femmes à des postes de responsabilité repose donc entre leurs mains», précise la consultante.

    p_10.jpg

     

    Son combat pour la représentativité des femmes au sein des entreprises marocaines l’a également mené à cumuler pas moins de deux mandats de suite en tant que vice-présidente de l’Afem. Une fonction que la militante sociale a occupé avec beaucoup de passion et d’énergie et via laquelle elle est parvenue à donner un solide coup de pouce aux entrepreneuses du pays.

    Wassila Ibrahimi n’était pas destinée à défendre la cause des femmes. A l’origine, cette Maroco-Algérienne rêvait de devenir océanographe et était particulièrement passionnée par les fonds marins. De retour au Maroc après ses études en France, elle s’est rapidement lancée dans l’entrepreneuriat avant de s’intéresser davantage aux ressources humaines, n’hésitant pas à s’entourer autant que possible de femmes expertes en développement psycho-social.

    Karim AGOUMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc