Entreprises

Télécoms: L’échange de trafic Internet devient une réalité

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5468 Le 07/03/2019 | Partager
Concrétisation du peering Internet entre les 3 opérateurs
Une économie de plus de 100 millions de DH par an

Le peering Internet se concrétise enfin entre les 3 opérateurs locaux! Le peering, qui se traduit par une interconnexion d'égal à égal, désigne dans le domaine des réseaux, l'échange de trafic Internet avec des pairs (opérateurs ou fournisseurs de contenu).

A ce titre, Itissalat Al-Maghrib, Médi Telecom et Wana Corporate ont mis en place, depuis le 18 février 2019, des liaisons nationales. Le régulateur souligne que la concrétisation du projet intervient dans le cadre de l’amélioration de la qualité des services rendus : «Ces liaisons, dédoublées sur le territoire national, devraient contribuer à améliorer la qualité des services Internet».

Les enjeux sont nombreux, à commencer par un gain en termes de sécurité des données, vu que le contenu local restera au Maroc grâce à l'interconnexion garantie par l'infrastructure physique permettant l'échange du trafic Internet (IXP).

La concrétisation de points d’échanges Internet permettra au Maroc de faire des économies de devises et d’améliorer la qualité de service tout en réduisant le temps de latence et le prix payé par l’utilisateur final. Un nœud d'échange Internet optimise également le Très Haut Débit sur le territoire où il est situé.

Pour les entreprises, l’enjeu sera d’optimiser la connectivité avec leur base client, au lieu de disposer de trois accès opérateurs pour répondre à la demande. Les points d'échange internet permettront d’échanger le trafic local des trois opérateurs télécoms (Maroc Telecom, Inwi et Orange) sans passer par le transit international tout en triplant la vitesse d'accès aux sites hébergés au Maroc du fait que la requête passera par le chemin le plus court. Cette nouvelle infrastructure aura pour bénéfice une économie d'échelle au niveau des coûts du transit international, qui coûtait plus de 108 millions de DH par an aux trois opérateurs (environ 10 millions d’euros).

Le projet, qui a été entamé depuis une dizaine d’années, s’est vu renforcé par la promulgation de la loi 121-12 relative à la Poste et aux télécoms, qui vient modifier et compléter la loi 24-96.

Le peering implique trois éléments: une interconnexion physique entre les réseaux, une liaison virtuelle entre les réseaux pour permettre l'échange des routes via un protocole de routage, ainsi que des accords commerciaux, contractuels, ou informels, de peering entre les parties.

Saturation de la bande passante internationale

Le projet de liaison nationale pour le peering Internet va quelque peu décongestionner les trafics. En effet, environ 90% des communications du Maroc passent par les câbles sous-marins. Ces dernières années, la bande passante internationale a connu une saturation accélérée avec la démocratisation de l’IPTV ou la TV stream. «Elle a atteint 1.125 gigabits par seconde (Gbps), en 2018, alors qu’elle était de 650 Gbps en 2016 », révèle une source proche du dossier.

M.Ko.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc