×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fièvre aphteuse: Tous les foyers sous contrôle

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5445 Le 04/02/2019 | Partager
    Une campagne nationale de rappel de vaccination
    125 vétérinaires mobilisés, 10.000 opérations par jour
    fievre_aphteuse_045.jpg

    L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires table sur la vaccination à titre de rappel de 3 millions de têtes de bovins. A cet effet, 125 vétérinaires sont mobilisés (Ph. Onssa)

    L’Onssa  rassure. La fièvre aphteuse est sous contrôle, soutient la direction de l’Office. Les six foyers déclarés début de janvier dernier ont été pratiquement  éradiqués. Une situation que confirme la Direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat.

    Et la campagne de rappel de vaccination des bovins s’est accélérée au niveau national. Pas moins de 125 vétérinaires sont actuellement mobilisés effectuant 10.000 vaccinations par jour. A priori, il n’y a pas donc de quoi s’alarmer outre mesure.

    D’ailleurs, «la fièvre aphteuse n’est pas transmissible à l’homme», tranche l’Office de sécurité sanitaire. C’est une maladie virale contagieuse pour les animaux, notamment les bovins, les ovins et les caprins. Le virus responsable  peut être véhiculé par l’air et par contact entre animaux.

    Pour le moment, les six foyers déclarés le 7 janvier 2019 dans les provinces de Fquih Ben Saleh, Khouribga et Sidi Bennour, en plus d’un foyer isolé dans la zone de Tanger, ont été circonscrits via l’abattage et l’incinération des animaux malades. Au total, l’opération a porté sur 60 bovins et 150 ovins. «Les éleveurs concernés seront indemnisés», promet l’Onssa.    

    Auparavant, l’Onssa avait mis en place des mesures préventives contre la  propagation de l’endémie. Le dispositif est piloté en étroite coordination avec les autorités locales. Il s’agit de l’abattage et de l’incinération des bovins infectés et des autres animaux (ovins et caprins) sensibles à la maladie dans les exploitations identifiées.

    Ces exploitations sont par la suite nettoyées et désinfectées. Les mesures de biosécurité concernent également le matériel et le personnel s’activant dans les fermes infestées et celles avoisinantes. La fermeture temporaire des lieux de rassemblement des bovins et des ovins, en particulier les souks hebdomadaires relevant du périmètre des exploitations touchées.

    Une surveillance renforcée des frontières avec l’Algérie encore plus depuis l’apparition de l’épidémie. Et l’organisme de protection sanitaire a aussi en projet «le lancement des investigations sur l’origine et la traçabilité des bovins ayant été atteints par la maladie. Il en est de même de l’ouverture d’une enquête épidémiologique du cheptel au niveau de la zone  déclarée.

    A noter que depuis 2014, l’Office réalise des campagnes annuelles de vaccination des bovins contre la fièvre aphteuse, ce qui sécurise le cheptel national. Aujourd’hui, le pays dispose d’un programme de contrôle de la fièvre aphteuse approuvé par l’Organisation mondiale de la santé animale.

    A. G.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc