×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agriculture: Ce que fait l’Oriental pour booster sa production

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5432 Le 16/01/2019 | Partager
    561 millions de DH pour stocker et rationaliser l’eau de la Moulouya
    Renforcer les cultures à fort potentiel de production, accompagner les GIE performants
    La filière oléicole affiche une progression de 160 %
    agriculture-oriental-akhenouch-032.jpg

    Lors de sa tournée dans l’Oriental, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, s’est rendu dans l’unité de trituration Ahlaf, l’un des premiers GIE marocains à exporter sa production vers l’Europe. Un exemple à suivre dans la région, qui vient presque de tripler sa production d’olives (Ph. AK)

    Pour récupérer la totalité des eaux de rivières, l’Oriental lance la construction d’une deuxième station de pompage d’appoint à Zaio. Elle aura pour but d’assurer une eau permanente d’irrigation à 29.600 hectares sur la rive gauche de la Moulouya (périmètres irrigués de Sabra, Bouarg et Garet dans la province de Nador).

    Le projet piloté par le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, nécessite 100 millions de DH et sera réalisé en deux ans (2019/2020). C’est ce qui a été expliqué à Aziz Akhannouch, ministre de tutelle lors du lancement des travaux de réalisation de cette station, vendredi dernier (11 janvier).

    D’autres explications ont concerné l’avancement des travaux de modernisation du système d’irrigation sur 13.500 hectares au niveau du périmètre du Garet. Un programme d’économie en eaux (28 millions mètres cubes /an) pour lequel 461 millions de DH sont débloqués et qui sera opérationnel avant 2023.

    En plus de l’économie en eau, ce programme contribuera à l’amélioration de la production de plus de 30%, confie à L’Economiste Mahjoub Latrache, Directeur régional du département de l’agriculture dans l’Oriental. Ces deux projets contribueront aussi à la sécurisation des investissements, notamment sur les plantations de vigne (16.000 hectares), de betterave à sucre (5.000 hectares) et les 8.000 ha réservées aux agrumes et cultures maraîchères.

    La nouvelle station de pompage d’appoint en rive gauche sur l’oued de la Moulouya est d’une capacité de 1,5 m3 par seconde et d’une hauteur avoisinant 90 mètres. Elle contribuera, en amont, au renforcement du pompage en eau assuré par la station Moulay Ali (province de Berkane).

    olivraies_032.jpg

    La répartition des nouvelles superficies oléicoles programmées au niveau de l’Oriental (43.860 Ha), place la province de Driouch en tête des provinces bénéficiaires de la reconversion des terres inutiles en terres agricoles

    Les deux stations assureront l’irrigation de 66.000 hectares en cas de sécheresse. C’est ce qu’a réalisé la station de Moulay Ali en 2017 en pompant plus de 50 millions de m3 et en sauvant tout le périmètre irrigué de la rive droite d’une pénurie en eau et en modernisant les systèmes d’irrigation.

    La modernisation des systèmes d’irrigation contribuera à l’amélioration des récoltes agricoles. C’est le cas pour la filière oléicole qui a connu une nette croissance en passant de 70.000 tonnes en 2008 à 190.000 au cours de cette campagne, soit une progression de plus de 160%.

    L’objectif est d’atteindre une production de 237.000 tonnes d’ici 2020. Quant à la superficie exploitée, elle avoisine les 118.000 hectares dont 71% productives. La filière compte 353 unités de trituration dont 13 % modernes et produit 45.000 tonnes d’huile d’olive.

    A elle seule, la province de Taourirt compte dix unités de conserve qui exportent plus de 27.000 tonnes/an. «Pour assurer une valorisation adéquate de la production oléicole, la Direction Régionale de l’Agriculture mène des actions soutenues pour le soutien et l’appui aux organisations professionnelles agricoles concrétisant ainsi la vision du ministère de l’Agriculture pour le développement des produits de terroir, mais aussi d’accompagner la demande croissante en matière d’huile d’olive de bonne qualité.

    De son côté, le plan agricole régional prévoit la construction de 9 unités de trituration et l’équipement de 10 unités d’ici 2020. Cet accompagnement se traduit par l’appui à la commercialisation via l’amélioration du packaging, l’hygiène et la qualité d’huile d’olive. Il est important de rappeler que l’Oriental compte 374 unités de trituration dont 49 modernes et 30 conserveries d’olives.

                                                                                 

    Un groupement modèle

    Le groupement d’intérêt économique (GIE) Ahlaf a réussi sa conversion en unité moderne de trituration des huiles d’olives extra-vierges. Toutes les démarches pour assurer une production de qualité ont été respectées en moins de deux ans.

    Ce qui a permis à ce GIE de Taourirt de bénéficier d’une autorisation sanitaire délivrée par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Il a aussi bénéficié de l’agrément de conformité octroyé par l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE).

    Deux sésames qui lui ont permis d’exporter sa production à l’étranger, notamment en Espagne avec des entreprises spécialisées dans la commercialisation de l’huile d’olive. Un premier pas vers le marché européen et les grands opérateurs internationaux.

    L’unité de trituration du GIE Ahlaf, réalisée dans le cadre du Pilier II du Plan Maroc Vert au profit de 1.515 bénéficiaires pour un montant de 14,3 millions de DH est implantée sur une superficie de 20.000 m2 (860 m2 construite). Ce groupement est doté d’une unité de trituration d’une capacité de 60T/J, d’un bassin d’évaporation des margines d’une capacité de 1600 m3 ainsi qu’un bassin de séchage des grignons d’olives d’une capacité de 650 m3.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc