×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La CIMR sur les plates-bandes des assureurs

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5417 Le 21/12/2018 | Partager
    La Caisse cible les épargnants qui souhaitent une conversion de leur capital en rente viagère
    Le rendement de Al Moustakbal Individuel compenserait en partie la rigidité du produit
    cimr-017.jpg

    Jusque-là, 2.100 personnes ont souscrit à Al Moustakbal Individuel, le produit d’épargne retraite grand public de la CIMR. Cette offre comme celle des assureurs répond à un même objectif, mais, elles sont bien différentes. En matière de rendement, le produit de la CIMR apparaît très attractif! (Ph. L’Economiste)

    La bonne forme de l’assurance-vie et les inquiétudes face à l’évolution des régimes de retraite donnent des idées à la CIMR. La Caisse fait évoluer son offre pour capter une partie du potentiel du marché. Elle a recruté plus de 2.100 personnes pour son produit Al Moustakbal Individuel lancé il y a un an. Ouvert au grand public, le produit permet de constituer une épargne à partir de 200 DH.

    En moyenne, les versements mensuels (hors versements exceptionnels) dans Al Moustakbal Individuel s’élèvent à 1.000 DH, indique Basma Khayat, directrice commerciale de la CIMR. Ce produit comme celui des assureurs répond à un même objectif, mais, ils sont bien différents. Les cotisations chez la CIMR sont bloquées jusqu’à l’âge de la retraite alors que les montants versés dans l’assurance vie peuvent être mobilisés en cas d’urgence.

    En outre, la sortie en rente est obligatoire chez la CIMR. Le souscripteur a la possibilité de transformer la moitié des points acquis en pension et l’autre en capital. Au terme du contrat placé chez une compagnie d’assurance, l’assuré peut choisir la conversion du capital constitué en rente certaine sur une période pouvant aller jusqu’à 20 ans ou en rente viagère. Il peut aussi récupérer la totalité de son épargne. La fiscalité diffère selon le type de sortie.

    Pour l’option rente viagère, un abattement de 55% est appliqué sur la tranche jusqu’à 168.000 DH et 40% au-dessus de ce seuil. Pour une pension brute annuelle de 300.000 DH par exemple, le montant de l’impôt sur le revenu sera de 35.432 DH. Lorsque l’assuré opte pour le capital ou la rente certaine, un abattement de 40% est appliqué avant l’application du barème de l’IR.

    Aujourd’hui, la CIMR veut convaincre les personnes qui disposent d’un capital ou qui en ont constitué un chez les assureurs de les transformer en rente viagère chez elle. «Nous savons gérer les rentes viagères», met en avant la Caisse. Elle espère attirer des prospects par le taux de rentabilité interne, entre 6 et 8%, soit le double de ce que peuvent proposer les meilleurs contrats chez les assureurs. «Nous sommes une société à but non lucratif et les bénéfices réalisés sont reversés aux affiliés», soutient le management.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc