×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech: Des 2 roues électriques bientôt en vente

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5407 Le 07/12/2018 | Partager
    Emob, un projet entre la ville, les industriels et les entreprises
    20.000 premières motos «vertes» en location libre service: le 1er déploiement
    A terme, le projet prévoit une usine de fabrication implantée dans la région
    moto-electrique-007.jpg

    Autour de Hamza El Baroudi, industriel et président de l’Emerging business foundation, quelques-unes des équipes et start up, qui oeuvrent au sein de l’incubateur privé marrakchi, devenu le quartier général du projet Emob  (Ph. EBF)

    La ville de Marrakech prévoit de passer à un parc de deux roues 100% durable avant 2040. Une année butoir qu’il faut anticiper. Depuis un peu plus d’un an, des tractations s’opèrent entre la ville, la région et différents acteurs. Un hackathon a été organisé en novembre 2017 (voir L’Economiste n°5157 du 28/11/2017) au sein du premier incubateur privé de la ville, Emerging business factory (EBF).

    Il s’agissait d’identifier les meilleurs projets concernant les 2 roues «verts». Aujourd’hui, c’est le temps de l’action. En février 2019, ce sera le grand lancement du projet Emob, qui vise la commercialisation de motos électriques.

    Un premier déploiement de 20.000 unités de la marque chinoise Yadea est prévu à travers la location libre service sur les stations Medina Bike et les flottes des professionnels et administrations publiques. L’ouverture du show-room dédié au grand public devant ouvrir mi-2019 pour la commercialisation de motos électriques déclinées en 7 modèles pour répondre aux besoins et usages des locaux, et dont les prix varient entre 8.000 et 30.000 DH.

    A terme, en 2021 exactement, une fois que les 20.000 véhicules prévus seront vendus, la marque chinoise Yadea s’est engagée à implémenter une plateforme industrielle pour la fabrication des motos électriques sur Marrakech. «Une belle source d’emplois», confie Taoufik Aboudia, co-fondateur  d’EBF.

    Le partenariat inclut Norinco Vehicle, le plus grand opérateur chinois de la mobilité électrique, et offre l’exclusivité de la marque des deux roues électriques Yadea sur le territoire marocain et les pays faisant partie de sa stratégie de déploiement en Afrique.

    Dans la ronde des partenaires, Allianz Maroc propose une offre d’assurance innovante avec une tarification adaptée. Le groupe, qui a déjà mené une même opération réussie à Manille aux Philippines, fait équipe dans ce projet avec l’opérateur industriel local Imperium Holding, qui sera actionnaire majoritaire à travers la structure d’investissement Johma.

    A leurs côtés, les entreprises et start-up, chargées elles de l’innovation. C’est ainsi que Emob s’associe à la marque Casky, qui a développé un dispositif de sécurité connecté qui se greffe sur le casque de l’usager. La signalisation de la direction entreprise est ainsi automatique, le casque est connecté avec une application mobile, et surtout il alerte les autorités et la famille de l’usager, en cas d’accident, avec une géolocalisation précise.

    En clair, si le motard tombe, son casque prévient les secours le premier! Le projet Emob est un pas de plus vers l’objectif de faire de Marrakech la plus importante plateforme africaine dédiée à l’industrie de la mobilité durable. L’installation au sein de la région Marrakech-Safi d’un écosystème industriel dédié à la construction et à la commercialisation des véhicules durables, ne peut être qu’une aubaine.

    J. A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc