Entreprises

Sorec coache ses pur-sang

Par Nadia DREF | Edition N°:5394 Le 16/11/2018 | Partager
La compétition englobe 12 courses dont 8 internationales les 17 et 18 novembre
Les meilleurs éleveurs marocains seront récompensés
sorec_purs-sangs_094.jpg

Côté infrastructures, il existe 7 hippodromes répartis à travers le Royaume (Casablanca, Rabat, Khemisset, Meknès, Settat, El Jadida et Marrakech) en plus d’un centre d’entraînement des chevaux de courses à Bouznika
(Ph. F. Alnasser)

La Société royale d’encouragement du cheval (Sorec) met les bouchées doubles pour que la quatrième édition du Meeting international du Maroc soit couronnée de succès. L’événement se tient les 17 et 18 novembre à l’hippodrome Casablanca-Anfa.

Les équipes Sorec y apportent les dernières retouches tandis que la pression monte. Une quarantaine de personnes travaillent à un rythme effréné dans l’ombre: management, entraîneurs, formateurs, jockeys, vétérinaires, arbitres… L’enjeu est de taille.

Prévu ce week-end, l’événement phare des courses équestres comprend douze compétitions dont huit internationales qui seront retransmises à l’étranger. Le meeting compte 122 chevaux engagés dont 24 étrangers représentant plusieurs nationalités: France, Emirats Arabes Unis, Qatar, Pologne, Syrie, Libye, Espagne, Pays-Bas, Italie, Tunisie ou encore l’Algérie.

Cette prestigieuse compétition englobe deux événements de taille: les grands prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI du pur-sang anglais (17 novembre) et du pur-sang arabe (18 novembre). Le gagnant de chaque catégorie bénéficiera d’une allocation de 600.000 DH. «Nous voulons cette année consacrer l’élevage du pur-sang né et élevé au Maroc.

Au cours des 10 dernières années, les propriétaires et éleveurs ont consenti de grands efforts pour développer la filière équine», confie Hicham Debbagh, directeur Pôle courses de la Sorec, lors d’une conférence de presse à Casablanca.  Cette compétition joue un rôle majeur dans le rayonnement international de la filière des courses de chevaux. Elle a réussi en quelques années à s’imposer dans le calendrier mondial des compétitions internationales des courses hippiques.

«La programmation du Meeting international du Maroc intègre le prestigieux circuit du Défi du galop. Cette année, nous lançons le grand prix Sorec consacré au pur-sang anglais», précise Hicham Debbagh. Ce challenge sportif, créé il y a plus de 10 ans par les sociétés des courses hippiques françaises,  compte aujourd’hui 17 étapes organisées en France, en Allemagne, en Espagne, en Suisse et pour la première fois en 2018 au Maroc. 

La Sorec, en tant qu’entreprise publique, met en œuvre depuis 2011 la stratégie de la filière équine qui vise à en faire un moteur de développement économique, social et culturel. En 2017, 2.440 courses ont été organisées. La filière compte 4.700 chevaux à l’entraînement chez 2.500 propriétaires. Le nombre des jockeys professionnels et apprentis s’élève à 322.

Une partie d’entre eux est formée par une école dédiée à l’Institut national du cheval Prince Héritier Moulay El Hassan. En moyenne, 40 courses sont programmées durant 5 jours par semaine. Pour ce qui est des compétitions, 8 grands prix nationaux sont programmés. S’y ajoutent deux rendez-vous d’envergure internationale: Le Meeting international du Maroc et l’UAE Abu Dhabi Day.

La Sorec est l’acteur de référence de la filière équine. Son action se répartit tout au long des étapes de vie du cheval.

Nadia DREF

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc