×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    BID: Le Maroc engagé pour 122 millions de dollars

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5371 Le 15/10/2018 | Partager
    Les organismes marocains participent à 7 projets financés à 80% par la BID
    Eau potable, santé maternelle, formation, agriculture…
    elwalid_abdelaal_hamour_1_071.jpg

    Elwalid Abdelaal Hamour, directeur du hub régional de la BID à Rabat: «L’engagement du Souverain pour l’émergence économique du continent est très apprécié par notre institution. C’est dans ce contexte que la BID a signé un mémorandum d’entente avec le gouvernement marocain, pour promouvoir la coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne» (Ph. BID)

    - L’Economiste: Quelle est la particularité de la coopération inversée?

    - Elwalid Abdelaal Hamour: Depuis quelques années, la BID s’est engagée dans une dynamique visant la création d’un cadre de coopération Sud-Sud, axé sur la facilitation du partage d’expériences, et le transfert d’expertise entre ses pays membres. C'est la genèse d’une approche holistique dénommée «Reverse Linkage», ou partenariat à flux inverses. Son objectif est d’apporter l’appui nécessaire à un pays partenaire, soucieux d’aborder des contraintes de développement au cœur de ses priorités stratégiques.
    Dans sa première déclinaison, le mécanisme a permis de conduire avec succès plusieurs projets au niveau de la sous-région, parmi lesquels ceux soutenus par le Maroc et développés en partenariat avec l’Amci, au profit du Burkina Faso et Djibouti.

    - Quel est le bilan des initiatives portées par des organismes marocains?
    - Dans le cadre de la coopération Sud-Sud menée par le Royaume du Maroc à travers le mécanisme de Reverse Linkage, la BID a financé 7 projets pour un coût global de 122 millions de dollars, dont 97 millions de dollars financés par la banque (près de 80%). Les secteurs concernés sont essentiellement la formation professionnelle, les énergies renouvelables, la santé maternelle, l’agriculture et l’eau potable.
     
    - Le Maroc fait-il partie des membres les plus actifs dans ces programmes?
    - L’engagement du Souverain marocain pour l’émergence économique du continent est très apprécié par notre institution. C’est dans ce contexte que la BID a signé un mémorandum d’entente avec le gouvernement marocain, pour promouvoir la coopération entre le Maroc et les pays de l’Afrique subsaharienne. L’accord a défini un certain nombre de secteurs prioritaires de coopération. A cela s’ajoute le mémorandum signé avec l’Amci pour le renforcement des échanges techniques avec les pays africains membres.
    Ce cadre institutionnel a permis à la BID de s’associer au Maroc dans de nombreux programmes et initiatives en Afrique, notamment dans le domaine du financement du commerce, avec le programme Arab Africa Trade Bridges, et de l’électrification rurale avec l’ONEE. Sans oublier la formation professionnelle dans le cadre de l’alliance africaine pour la formation professionnelle.

    Propos recueillis par Noureddine EL AISSI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc