Economie

Formation professionnelle: Encore un coup de pouce royal

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5363 Le 03/10/2018 | Partager
Une commission présidée par El Othmani devra proposer des mesures concrètes
Pas plus de trois semaines pour rendre sa copie
Hôtellerie et tourisme: les axes prioritaires
formation_professionnelle_063.jpg

L’Ofppt, qui assure près de 80% du dispositif de formation professionnelle au Maroc, a redoublé d’efforts ces dernières années pour augmenter sa capacité d’accueil. En cinq ans, l’offre a progressé de plus de 59%, pour atteindre 592.000 places pédagogiques Mais sur la qualité, il reste encore du chemin à parcourir

Encore un signal fort de la volonté royale de donner un coup d’accélérateur à la formation professionnelle, dont près du quart des lauréats sont au chômage. SM le Roi a présidé, lundi dernier, une séance de travail dédiée à la mise à niveau de l’offre du secteur, dans le but de faciliter l’insertion des jeunes sur le marché du travail.

Le Souverain a chargé une commission présidée par le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, d’élaborer un programme de «projets et mesures précis, et d’application immédiate». Les initiatives seront financées, entre autres, par le Fonds Hassan II.

La commission devra remettre sa copie dans un délai de trois semaines. Elle devra, en outre, faire le point sur l’avancement des préparatifs de la Rencontre nationale sur l’emploi et la formation, ordonnée par le Roi, à organiser avant la fin de l’année.    
Il sera question pour la task force mobilisée de décliner sur le terrain les directives royales. L’accent a, par exemple, été mis sur la conception de nouveaux cursus dans des métiers porteurs. Ceci, en révisant les parcours proposés dans les secteurs classiques, qui restent les principaux pourvoyeurs d’emplois, comme les services, l’industrie, le BTP…

La qualité a, également, été mise sur la table. Le Roi a insisté sur la nécessité d’adopter de nouveaux standards, notamment dans des filières stratégiques telles que l’hôtellerie et le tourisme. La santé n’a pas été en reste. Le Souverain a souligné l’importance des métiers paramédicaux et de techniciens de santé, dont le potentiel d’emploi est considérable.

Pour les profils opérant dans l’informel, des formations courtes qualifiantes sont prévues. Etalées sur quatre mois, elles engloberaient des modules de langues et de techniques, et permettraient aux personnes concernées d’intégrer l’économie formelle, et de valoriser leur savoir-faire.

Les établissements, aussi, devront s’adapter à cette vision. L’idée est de lancer «une nouvelle génération» de centres de formation et de qualification des jeunes. Deux, dédiés aux métiers de la santé, sont déjà programmés, à Casablanca et à Rabat.

L’orientation précoce vers les filières professionnelles, ainsi que la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes devront être développés. L’Ofppt s’est déjà positionné sur ce dernier aspect. Cette année, l’Office compte soutenir 3.000 porteurs de projets, pour la création de 1.200 entreprises.

Enfin, le Roi a insisté sur l’apprentissage des langues et la formation par alternance (50% en classe et 50% en entreprise). Actuellement, la formation alternée représente près de 35% du dispositif (113.000 stagiaires). L’objectif est de monter à plus de 50% d’ici 2021.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc